Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Les ténors du PS ne parviennent pas à trouver un accord

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par AFP

Dernière modification : 16/11/2008

Faute d'accord entre les ténors du parti, le congrès de Reims devrait s'achever sans synthèse. Les militants socialistes ont rendez-vous le 20 novembre pour un vote dans toutes les sections, pour élire leur nouveau chef.

Regardez notre reportage "Les militants socialistes sortent Ségolène Royal de leurs chapeaux"

Lisez notre article "
Hamon craint que Royal ne propose un compromis mou"

Regardez l'émission Politiques avec Benoît Hamon en cliquant ici

 

Les chefs de file du PS ne sont parvenus à aucun accord sur l'orientation politique du parti et le nom du Premier secrétaire, lors d'une réunion cruciale du Congrès de Reims, dans la nuit de samedi à dimanche, ont annoncé deux d'entre eux, Martine Aubry et Benoît Hamon.
   
La commission des résolutions, qui est chargée de faire la synthèse entre les différentes motions au Congrès, "n'est pas parvenue à dégager autour de Ségolène Royal une synthèse", a affirmé Benoît Hamon.
   
"Elle n'est pas parvenue davantage à ce stade à dégager de rassemblement" entre les trois autres principales motions (celles de Bertrand Delanoë, de Martine Aubry et de Benoit Hamon), a-t-il ajouté.
   
Confirmant cet échec, Martine Aubry, interrogée pour savoir si elle se porterait malgré tout candidate au poste de Premier secrétaire, comme le sont déjà Ségolène Royal et Benoît Hamon, a esquivé la réponse.
   
Harlem Désir, lieutenant de M. Delanoë, a relevé que le PS se trouvait "dans une situation inédite, qui ne s'est jamais produite".
   
Après l'échec en Commission des résolutions, "nous (le PS) n'avons pas de majorité". "Un premier secrétaire va être élu sans être soutenu par une majorité, dans l'immédiat", a-t-il dit.
   
Les militants socialistes ont rendez-vous jeudi prochain pour un vote dans toutes les sections, pour élire leur nouveau chef. Ils devront donc choisir entre au moins deux candidats (Ségolène Royal et Benoit Hamon), et peut-être trois, voire quatre.
   
Benoît Hamon a précisé cependant ultérieurement qu'"il est possible qu'entre nous et la motion D (Aubry), quelque chose se passe dans les 48 heures, la question est de savoir si Martine Aubry me soutient ou pas".
   
Harlem Désir a confirmé cette perspective: "il semble que les motions C (Hamon), et D envisagent de présenter un candidat commun".
   
Autre signe dans ce sens, Mme Aubry a précisé qu'il n'y avait pas d'accord à Reims "pour l'instant", ajoutant: "On va essayer de trouver un accord".
   
M. Désir a indiqué implicitement que la motion Delanoë ne présenterait pas de candidat. "Il n'y a pas de raison de présenter un candidat s'il n'est pas porté par une majorité", a estimé l'eurodéputé.
   
Le maire de Paris n'est pas apparu devant la presse.
   
"Nous sortons du congrès comme on y est rentré", a déclaré pour sa part Michel Sapin, proche de Bertrand Delanoë.

Première publication : 16/11/2008

COMMENTAIRE(S)