Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Les ténors du PS ne parviennent pas à trouver un accord

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par AFP

Dernière modification : 16/11/2008

Faute d'accord entre les ténors du parti, le congrès de Reims devrait s'achever sans synthèse. Les militants socialistes ont rendez-vous le 20 novembre pour un vote dans toutes les sections, pour élire leur nouveau chef.

Regardez notre reportage "Les militants socialistes sortent Ségolène Royal de leurs chapeaux"

Lisez notre article "
Hamon craint que Royal ne propose un compromis mou"

Regardez l'émission Politiques avec Benoît Hamon en cliquant ici

 

Les chefs de file du PS ne sont parvenus à aucun accord sur l'orientation politique du parti et le nom du Premier secrétaire, lors d'une réunion cruciale du Congrès de Reims, dans la nuit de samedi à dimanche, ont annoncé deux d'entre eux, Martine Aubry et Benoît Hamon.
   
La commission des résolutions, qui est chargée de faire la synthèse entre les différentes motions au Congrès, "n'est pas parvenue à dégager autour de Ségolène Royal une synthèse", a affirmé Benoît Hamon.
   
"Elle n'est pas parvenue davantage à ce stade à dégager de rassemblement" entre les trois autres principales motions (celles de Bertrand Delanoë, de Martine Aubry et de Benoit Hamon), a-t-il ajouté.
   
Confirmant cet échec, Martine Aubry, interrogée pour savoir si elle se porterait malgré tout candidate au poste de Premier secrétaire, comme le sont déjà Ségolène Royal et Benoît Hamon, a esquivé la réponse.
   
Harlem Désir, lieutenant de M. Delanoë, a relevé que le PS se trouvait "dans une situation inédite, qui ne s'est jamais produite".
   
Après l'échec en Commission des résolutions, "nous (le PS) n'avons pas de majorité". "Un premier secrétaire va être élu sans être soutenu par une majorité, dans l'immédiat", a-t-il dit.
   
Les militants socialistes ont rendez-vous jeudi prochain pour un vote dans toutes les sections, pour élire leur nouveau chef. Ils devront donc choisir entre au moins deux candidats (Ségolène Royal et Benoit Hamon), et peut-être trois, voire quatre.
   
Benoît Hamon a précisé cependant ultérieurement qu'"il est possible qu'entre nous et la motion D (Aubry), quelque chose se passe dans les 48 heures, la question est de savoir si Martine Aubry me soutient ou pas".
   
Harlem Désir a confirmé cette perspective: "il semble que les motions C (Hamon), et D envisagent de présenter un candidat commun".
   
Autre signe dans ce sens, Mme Aubry a précisé qu'il n'y avait pas d'accord à Reims "pour l'instant", ajoutant: "On va essayer de trouver un accord".
   
M. Désir a indiqué implicitement que la motion Delanoë ne présenterait pas de candidat. "Il n'y a pas de raison de présenter un candidat s'il n'est pas porté par une majorité", a estimé l'eurodéputé.
   
Le maire de Paris n'est pas apparu devant la presse.
   
"Nous sortons du congrès comme on y est rentré", a déclaré pour sa part Michel Sapin, proche de Bertrand Delanoë.

Première publication : 16/11/2008

COMMENTAIRE(S)