Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

Ricardo Ricco conteste sa condamnation pour dopage

Texte par AFP

Dernière modification : 17/11/2008

Ricardo Ricco a fait appel de sa suspension d'une durée de deux ans pour dopage sur le dernier Tour de France. Le cycliste italien estime que ses aveux doivent être considérés comme des circonstances atténuantes.

Le cycliste italien Ricardo Ricco, suspendu deux ans en raison d'un contrôle positif à la CERA (une EPO retard) sur le dernier Tour de France, a déposé un appel devant le Tribunal arbitral du sport a annoncé le TAS lundi.
  
Ricco conteste le fait que le Comité olympique italien (CONI), qui l'a sanctionné le 2 octobre dernier, n'ait pas considéré comme circonstances atténuantes ses aveux et sa collaboration avec les instances disciplinaires et réclame une réduction de sa suspension.
  
Le TAS, conformément à ses propres règles, a quatre mois pour statuer sur le cas.
  
Ricco a été suspendu par le CONI jusqu'au 30 juillet 2010: il a respectivement écopé de 18 mois pour son contrôle positif et de six mois supplémentaires pour avoir eu des contacts avec le docteur Carlo Santuccione, soupçonné de pratiques dopantes à l'origine de l'enquête "Oil for drugs".
  
Le CONI a seulement retenu les circonstances atténuantes pour la première infraction.
  
Ricco, 24 ans, a été contrôlé positif le 8 juillet à la CERA, une EPO retard qui n'avait jamais été détectée jusqu'alors. Licencié lors de la révélation de son contrôle, le 18 juillet, par son équipe (Saunier Duval), Ricco avait d'abord nié les faits avant de les reconnaître le 30 juillet devant le parquet antidopage du CONI.

Première publication : 17/11/2008

COMMENTAIRE(S)