Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Ricardo Ricco conteste sa condamnation pour dopage

Texte par AFP

Dernière modification : 17/11/2008

Ricardo Ricco a fait appel de sa suspension d'une durée de deux ans pour dopage sur le dernier Tour de France. Le cycliste italien estime que ses aveux doivent être considérés comme des circonstances atténuantes.

Le cycliste italien Ricardo Ricco, suspendu deux ans en raison d'un contrôle positif à la CERA (une EPO retard) sur le dernier Tour de France, a déposé un appel devant le Tribunal arbitral du sport a annoncé le TAS lundi.
  
Ricco conteste le fait que le Comité olympique italien (CONI), qui l'a sanctionné le 2 octobre dernier, n'ait pas considéré comme circonstances atténuantes ses aveux et sa collaboration avec les instances disciplinaires et réclame une réduction de sa suspension.
  
Le TAS, conformément à ses propres règles, a quatre mois pour statuer sur le cas.
  
Ricco a été suspendu par le CONI jusqu'au 30 juillet 2010: il a respectivement écopé de 18 mois pour son contrôle positif et de six mois supplémentaires pour avoir eu des contacts avec le docteur Carlo Santuccione, soupçonné de pratiques dopantes à l'origine de l'enquête "Oil for drugs".
  
Le CONI a seulement retenu les circonstances atténuantes pour la première infraction.
  
Ricco, 24 ans, a été contrôlé positif le 8 juillet à la CERA, une EPO retard qui n'avait jamais été détectée jusqu'alors. Licencié lors de la révélation de son contrôle, le 18 juillet, par son équipe (Saunier Duval), Ricco avait d'abord nié les faits avant de les reconnaître le 30 juillet devant le parquet antidopage du CONI.

Première publication : 17/11/2008

COMMENTAIRE(S)