Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Gaza : le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas vire au bain de sang

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

EUROPE

Belgrade porte plainte contre Zagreb pour crimes de guerre

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par AFP

Dernière modification : 19/11/2008

En réponse à la plainte déposée par la Croatie contre la Serbie pour génocide, Belgrade contre-attaque et annonce son intention de poursuivre la Croatie devant la justice internationale pour crimes de guerre et nettoyage ethnique.

La Serbie a décidé mardi soir de porter plainte à son tour contre la Croatie, peu après que la Cour internationale de justice (CIJ) eût déclaré recevable une plainte pour génocide déposée par Zagreb contre la Serbie pour son rôle pendant la guerre de 1991-1995.
   
La Serbie va porter plainte contre la Croatie pour crimes de guerre et nettoyage ethnique commis pendant la guerre d'indépendance de la Croatie, entre 1991 et 1995, a déclaré le ministre serbe des Affaires étrangères, Vuk Jeremic.
   
Cette plainte "donnera (à la Croatie) l'occasion de répondre à (nos) accusations pour crimes de guerre et nettoyage ethnique" perpétrés contre la minorité serbe en Croatie pendant le conflit, a souligné le ministre à la télévision nationale serbe (RTS).
   
L'initiative serbe intervient quelques heures à peine après que la CIJ, qui juge les différends entre les Etats, ait annoncé que la plainte pour génocide déposée par la Croatie à l'encontre de la Serbie était recevable.
   
Ces deux développements marquent une nette détérioration des relations entre les deux pays voisins, issus tous deux de l'ex-Yougoslavie.
   
La Croatie avait présenté sa plainte devant la CIJ en 1999, accusant les autorités de Belgrade de violations de la convention de 1948 sur la prévention et la répression du génocide durant la guerre d'indépendance de la Croatie, qui fit 20.000 morts.
   
"Il est temps que la Serbie affronte le passé", s'est félicité mardi le Premier ministre croate, Ivo Sanader, en apprenant la décision de la Cour.
   
Il s'exprimait depuis Vukovar, qui fut le théâtre de l'un des plus sanglants épisodes de la guerre de Croatie.
   
La proclamation par la Croatie de son indépendance de la Yougoslavie, en 1991, a été suivie d'une guerre impitoyable entre les forces de Zagreb et des sécessionnistes serbes croates appuyés par l'armée fédérale yougoslave.
   
Zagreb estime qu'un "nettoyage ethnique" a été commis par la Serbie lors du conflit, "une forme de génocide qui s'est traduite par le déplacement, le meurtre, la torture ou la détention illégale d'un grand nombre de Croates ainsi que la destruction massive de biens".
   
Belgrade a déjà argué pour sa part que la Serbie ne pouvait endosser les responsabilités légales de l'ancienne République fédérative de Yougoslavie (RFY).
   
Mais les juges ont rejeté cet argument mardi. La présidente de la Cour, Mme Rosalyn Higgins, a rappelé que l'actuelle Serbie avait elle-même entamé des procédures devant la CIJ contre dix Etats qui avaient bombardé la RFY en 1999.
   
Le ministre serbe des Affaires étrangères n'a pas précisé quand Belgrade déposerait sa plainte.
   
"Que la vérité sur ce qui s'est vraiment passé pendant l'opération "Oluja" (Tempête) soit enfin dévoilée", a-t-il cependant lancé, faisant allusion à l'offensive lancée par les forces croates en août 1995 dans le but de reprendre la région de la Krajina, qui était tenue depuis 1991 par les séparatistes serbes.
   
Des centaines de Serbes ont péri dans cette offensive et près de 200.000 Serbes de la Krajina ont fui la Croatie.
   
La Croatie, tout comme la Serbie, devraient plutôt se préoccuper de leur "réconciliation... et de notre avenir européen", a reconnu M. Jeremic.
   
"Mais peut-être s'agit-il du meilleur moyen d'établir enfin la vérité devant la Cour sur ce qui s'est réellement passé pendant l'opération 'Tempête'", a-t-il conclu.
  

Première publication : 18/11/2008

COMMENTAIRE(S)