Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

L'organisation de "l'État islamique s'étend et se consolide dans des espaces abandonnés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls veut fermer des mosquées salafistes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : regain de violences à Bujumbura

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tsipras sème la zizanie entre la France et l’Allemagne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les rivages de la Grèce"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les États-Unis et Cuba officialisent leur rapprochement

En savoir plus

DÉBAT

Terrorisme en France : l'islam radical dans le viseur (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Terrorisme en France : l'islam radical dans le viseur (partie 2)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sur les traces du financement de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

Dublin négocie un second référendum sur le traité de Lisbonne

Texte par AFP

Dernière modification : 18/11/2008

Dublin demande à l'UE la possibilité de garder son commissaire européen. Selon un sondage, les Irlandais pourraient dire "oui" au traité si un deuxième référendum était organisé, à condition que le commissaire ne conserve son mandat.

L'Irlande négocie avec ses partenaires de l'Union européenne le droit de garder "son" commissaire européen, dans le but d'arracher un "oui" au traité européen de Lisbonne lors d'un second référendum, a indiqué lundi le ministre des Affaires étrangères, Micheal Martin.
  
"Nous avons des discussions centrées sur ce sujet spécifique", a indiqué le chef de la diplomatie irlandaise à la radio RTE. "Il ne s'agit pas de quelque chose de simple. Ce n'est pas quelque chose qui peut se régler facilement mais nous avons néanmoins des discussions à ce sujet", a-t-il ajouté.
  
M. Martin a précisé que Dublin décidera d'un éventuel deuxième référendum, après celui du 12 juin qui avait rejeté le traité de Lisbonne, à une date "très proche" du sommet européen qui se tiendra à Bruxelles les 11 et 12 décembre.
  
L'Irlande est le seul pays de l'UE à être tenu de par sa Constitution à se prononcer par référendum sur le traité de Lisbonne.
  
Le traité européen de Lisbonne stipule que, à partir de 2014, la Commission comptera moins de commissaires que de pays membres, voyant donc certains pays perdre leur commissaire.
  
Cette clause avait été présentée par le camp du "non" en Irlande comme la preuve que Lisbonne entraînerait une perte de souveraineté de l'île.
  
Un sondage publié lundi dans l'Irish Times montre que les Irlandais pourraient dire "oui" au traité si un deuxième référendum était organisé, à condition qu'il soit assorti de garanties spécifiques concernant le commissaire, l'avortement ou la neutralité militaire de l'Irlande.
  
Selon ce sondage réalisé par l'institut rmbi, 43 % des électeurs voteraient "oui" et 39 % "non" à un deuxième référendum s'ils recevaient l'assurance que l'Irlande conserverait "son" commissaire européen et sa faible imposition des sociétés, qu'une ratification n'impliquerait pas une légalisation de l'avortement et qu'elle n'affecterait pas la neutralité militaire du pays.
  
Dix-huit pour cent se sont déclarés indécis.
  
En excluant les indécis, 52,5 % des électeurs voteraient "oui" et 47,5 % "non".

Première publication : 18/11/2008

COMMENTAIRE(S)