Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Dublin négocie un second référendum sur le traité de Lisbonne

Texte par AFP

Dernière modification : 18/11/2008

Dublin demande à l'UE la possibilité de garder son commissaire européen. Selon un sondage, les Irlandais pourraient dire "oui" au traité si un deuxième référendum était organisé, à condition que le commissaire ne conserve son mandat.

L'Irlande négocie avec ses partenaires de l'Union européenne le droit de garder "son" commissaire européen, dans le but d'arracher un "oui" au traité européen de Lisbonne lors d'un second référendum, a indiqué lundi le ministre des Affaires étrangères, Micheal Martin.
  
"Nous avons des discussions centrées sur ce sujet spécifique", a indiqué le chef de la diplomatie irlandaise à la radio RTE. "Il ne s'agit pas de quelque chose de simple. Ce n'est pas quelque chose qui peut se régler facilement mais nous avons néanmoins des discussions à ce sujet", a-t-il ajouté.
  
M. Martin a précisé que Dublin décidera d'un éventuel deuxième référendum, après celui du 12 juin qui avait rejeté le traité de Lisbonne, à une date "très proche" du sommet européen qui se tiendra à Bruxelles les 11 et 12 décembre.
  
L'Irlande est le seul pays de l'UE à être tenu de par sa Constitution à se prononcer par référendum sur le traité de Lisbonne.
  
Le traité européen de Lisbonne stipule que, à partir de 2014, la Commission comptera moins de commissaires que de pays membres, voyant donc certains pays perdre leur commissaire.
  
Cette clause avait été présentée par le camp du "non" en Irlande comme la preuve que Lisbonne entraînerait une perte de souveraineté de l'île.
  
Un sondage publié lundi dans l'Irish Times montre que les Irlandais pourraient dire "oui" au traité si un deuxième référendum était organisé, à condition qu'il soit assorti de garanties spécifiques concernant le commissaire, l'avortement ou la neutralité militaire de l'Irlande.
  
Selon ce sondage réalisé par l'institut rmbi, 43 % des électeurs voteraient "oui" et 39 % "non" à un deuxième référendum s'ils recevaient l'assurance que l'Irlande conserverait "son" commissaire européen et sa faible imposition des sociétés, qu'une ratification n'impliquerait pas une légalisation de l'avortement et qu'elle n'affecterait pas la neutralité militaire du pays.
  
Dix-huit pour cent se sont déclarés indécis.
  
En excluant les indécis, 52,5 % des électeurs voteraient "oui" et 47,5 % "non".

Première publication : 18/11/2008

COMMENTAIRE(S)