Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

Pour travailler avec Obama, il faut être prêt à dévoiler sa vie

Texte par Priscille LAFITTE , Leela JACINTO

Dernière modification : 23/11/2008

Les candidats à un emploi dans l'administration du futur président doivent tout dévoiler de leur passé. Les postulants sont invités à remplir un questionnaire détaillé portant sur leur vie professionnelle, mais aussi personnelle.

Il faut avoir du temps libre pour postuler à un poste de l’administration Obama. Assez en tout cas pour retrouver le nom, l'adresse et le numéro de téléphone de toutes les personnes avec lesquelles vous avez habité depuis dix ans. Il faut aussi reprendre l’ensemble de vos journaux intimes et traquer tout ce qui contient "quoi que ce soit suggérant un possible conflit d'intérêt ou quoique ce soit de compromettant pour vous, votre famille ou pour le président élu s'il était rendu public". Et avoir la présence d’esprit pour retrouver l’intégralité des pseudonymes sous lesquels vous avez pu écrire sur Internet.

 

Il y a ainsi 63 points sur lesquels vous devez apporter des preuves, qui vont de l’ensemble de vos déclarations d’impôt, de tous vos CV et publications (même sous pseudonyme) depuis dix ans, jusqu’au statut sous lequel vous avez pu embaucher un employé de maison (baby-sitter, jardinier, femme de ménage, etc.).

 

Ce questionnaire de 7 pages, dévoilé par le "New York Times", est envoyé à tous ceux qui candidatent à des postes élevés de l’administration. Cela signifie que tous les candidats aux 8000 postes ouverts, allant de l’architecte au libraire de la Maison Blanche, ne sont donc pas concernés.

 

"Ce questionnaire a pour but de couvrir l'équipe Obama en cas de problème", estime Larry Sabato, directeur du Centre politique de l'université de Virginia. "S'il y a une polémique, ils pourront toujours dire qu'ils ont posé la question au candidat mais qu'il n'a pas fourni l'information. Et en ce qui concerne les postes à haute responsabilité occupés par des personnes très expérimentées, c'est important que ces candidats prennent conscience de tout ce qui pourrait porter atteinte à l'image du président. N'oubliez pas que ce sont des personnes à l'ego surdimensionné qui n'ont pas l'habitude de voir leurs propres fragilités."

 

"C'est vrai que c'est terriblement intrusif , reconnaît Larry Sabato. Mais le président élu, Barack Obama, se retrouve déjà avec des tas de problèmes sur les bras, légués par l'administration Bush. Une controverse sur l’un des membres de sa nouvelle équipe est la dernière chose dont il a besoin."

 

Seriez-vous une source d'embarras ?

 

Le plus étonnant est de voir l’ensemble de la famille du candidat être visé par certaines questions. C’est le cas pour la possession d’une arme. C’est aussi le cas des liens éventuels du postulant, son conjoint et sa famille, avec des institutions financières en péril telles que Fannie Mae, Freddie Mac, AIG et Washington Mutual. L’équipe de Barack Obama veut ainsi éviter que les membres du gouvernement aient bénéficié d’avoirs financiers de ces banques et assurances, alors même que ces établissements sont poursuivis pour irrégularités.

 

Les conjoints des candidats sont visés par la plupart des questions : activité de lobbying, travail à l’étranger, prêts de plus de 10 000 dollars, cadeaux de plus de 50 dollars… Et si tout cela n’est pas suffisant, il faut mentionner si tout autre membre de la famille "serait une source d’embarras pour vous, votre famille ou le président élu." Nouvelles technologies obligent, le candidat doit faire une liste de toutes les adresses URL qui le concernent : Myspace, Facebook, etc.

 

 Nixon, Clinton… les précédentes bourdes

 

Obama n'est pas le premier à envoyer un tel questionnaire. Et l'histoire politique des Etats-Unis est truffée de scandales sur la vie personnelle des membres du gouvernement. "Regardez en 1972 : Nixon choisit son vice-président, Spiro Agnew, et un an plus tard, celui-ci démissionne pour des problèmes de fraude fiscale", rappelle François Vergniolle de Chantal, maître de conférence à l’université de Bourgogne, chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (IFRI) et auteur de "L'empire de l'exécutif" (Armand Colin). "Côté démocrate, l’adversaire de Nixon en 1972, George McGovern, avait choisi Thomas Eagleton comme colistier. Il avait ensuite dû le désavouer quand il s'est avéré qu'Eagleton avait été interné pour soigner une dépression."

 

Le questionnaire a beau se durcir au fur et à mesure que les administrations se succèdent, des failles sont toujours possibles. "A la fin des années 80, un petit sénateur du Texas recruté par Bush père s'est avéré alcoolique profond", se souvient Catherine Durandin, chercheure à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). "Et Clinton avait recruté pour un des bureaux sociaux une femme qui employait une nounou illégale."

 

Le questionnaire anticipe donc ce genre de problème. Et plus généralement, Obama voudrait "éviter à tout prix un profil trop marqué à gauche", estime François Vergniolle de Chantal. "Car cela confirmerait les attaques républicaines et enverrait un mauvais signal à l'opinion. Obama se trouverait ainsi dans la position de Bill Clinton au début de son premier mandat, qui avait fait campagne au centre en 1992, mais avait choisi une équipe sous la pression des éléments les plus à gauche du parti." Clinton n’avait pas réussi à faire passer les réformes qu’il souhaitait.

 

"Les républicains vont traquer toutes ces candidatures dont les principales doivent être confirmées par le Sénat", souligne Catherine Durandin.

 

Mais la polémique est déjà lancée à propos de Sonal Shah, membre de l’équipe de transition, et sur laquelle pèsent des soupçons sur des liens éventuels avec des mouvements extrémistes hindous.

Première publication : 18/11/2008

COMMENTAIRE(S)