Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

L'UE prépare un plan de relance de 130 milliards, selon Berlin

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par AFP

Dernière modification : 20/11/2008

Le ministre allemand de l'Économie, Michael Glos, annonce que les Vingt-Sept préparent un plan de relance d'un montant d'environ 130 milliards d'euros. Mais à Bruxelles, la Commission affirme qu'il n'y a pas encore d'accord sur le montant.

La Commission européenne prévoit un plan de relance de la croissance de 130 milliards d'euros, a affirmé mercredi une porte-parole du ministre allemand de l'Economie Michael Glos.
   
"Cela représente 1% du Produit intérieur brut de chaque Etat membre", a indiqué cette porte-parole. Pour l'Allemagne, "cela signifie un montant de 25 milliards d'euros", a-t-elle ajouté.
   
L'effort doit être partagé entre des fonds européens et des contributions directes des Etats membres.
   
La Commission européenne doit présenter son plan mercredi prochain.
   
"Il est prématuré de discuter de la taille et de l'orientation détaillée de ce paquet, parce que le travail préparatoire est toujours en cours, et il n'y a pas encore eu une décision politique définitive sur la taille de l'effort et sur les orientations", a dit à l'AFP à Bruxelles Johannes Laitenberger, porte-parole de l'exécutif européen.
   
Le porte-parole du gouvernement allemand, Ulrich Wilhelm, a d'ores et déjà demandé que soit pris en compte dans le calcul de Bruxelles l'effort déjà fourni par l'Allemagne, qui vient de lancer un programme de mesures de soutien à la conjoncture représentant 32 milliards d'euros sur deux ans.
   
"Il n'est pas imaginable que notre propre programme ne soit pas pris en compte" dans les calculs de Bruxelles, a-t-il dit au Financial Times Deutschland à paraître jeudi.
   
Les appels à une relance budgétaire énergique se multiplient en Europe face à la dégradation rapide de la conjoncture, mais certains Etats membres ne disposent que de marges de manoeuvres réduites, et le budget européen lui-même ne peut fournir qu'une contribution modeste.
   
La Commission devrait surtout proposer des redéploiements de fonds ou crédits déjà programmés. Certains programmes d'investissement pourraient aussi être accélérés, notamment dans le cadre des aides de l'UE aux régions défavorisées.
   
Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a proposé que Bruxelles émette "des obligations en euros" pour financer des projets d'infrastructure (routes, chemins de fer, distribution d'énergie).

Première publication : 19/11/2008

COMMENTAIRE(S)