Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 000 experts du Sida et pas de président Macron

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

Afrique

La Monuc ouvre le feu sur des miliciens Maï-Maï

Vidéo par Marlène RABAUD , Arnaud ZAJTMAN

Texte par AFP

Dernière modification : 20/11/2008

Des soldats de la Monuc ont ouvert le feu à l'arme légère mercredi dans l'est de la RDC, en riposte à des tirs de miliciens pro-gouvernementaux Maï-Maï qui avaient tiré sur un convoi de l'ONU en patrouille à 80 kilomètres au nord de Goma.

Retrouvez notre dossier "Combats au Nord-Kivu"

 

Regardez notre reportage exculsif sur les enfants-soldats au Nord-Kivu

 

Des casques bleus de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC) ont ouvert le feu à l'arme légère mercredi dans l'est du pays, en riposte à des tirs de miliciens pro-gouvernementaux Maï-Maï, a annoncé un porte-parole de la force onusienne.

Des miliciens Maï-Maï ont tiré sur un convoi de deux engins blindés de la Monuc en patrouille dans la localité de Kibututu, à environ 80 km au nord de Goma, a indiqué à l'AFP le lieutenant-colonel Dietrich.

"Les casques bleus ont riposté", a-t-il précisé. Ils "ont fait usage d'arme légère pour éviter les pertes parmi les civils, car l'incident a eu lieu sur un marché".

Selon M. Dietrich, la patrouille "était en train de vérifier des informations faisant état de l'avancée de miliciens Maï-Maï", généralement alliés de l'armée congolaise, vers la ville de Kiwanja, à une dizaine de km plus au sud, sous contrôle de la rébellion de Laurent Nkunda.

Cet incident intervient au lendemain d'un retrait d'une quarantaine de km sur ce front opéré unilatéralement par la rébellion pour "donner une chance à la paix" et soutenir la médiation de l'émissaire de l'ONU en RDC, le Nigérian Olusegun Obasanjo.

La rébellion avait cependant demandé à la Monuc "de prendre en charge la sécurité de ces zones de séparation et de s'assurer qu'aucune autre force ne vienne l'occuper".

Mercredi, un porte-parole rebelle a accusé l'armée régulière, des miliciens Maï-Maï et des rebelles hutus rwandais d'avoir repris pied dans les zones évacuées, notamment à Kinyandoni, à 10 km au nord de Kiwanja, une petite localité voisine de Kibututu.

L'atmosphère était tendue mercredi en début d'après-midi à Kiwanja, dans la crainte d'une possible attaque Maï-Maï sur la ville, a constaté une journaliste de l'AFP.

La majorité des commerces étaient fermés, et la rue principale de la ville était très peu animée, beaucoup d'habitants ayant fui dans la matinée.

"La population est inquiète", a expliqué une habitante, prénommée Kanyare. "Depuis ce matin, il y a une nouvelle qui circule disant que les Maï-Maï sont à quelques kilomètres d'ici. Tout le monde fait ses bagages pour aller à la (base de) la Monuc ou en brousse", a raconté cette femme..

Quelques groupes de personnes commençaient néanmoins à revenir dans le centre-ville, s'enquiérant prudemment de la situation.

Première publication : 19/11/2008

COMMENTAIRE(S)