Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • La Libye renonce à accueillir la Coupe d'Afrique des nations en 2017

    En savoir plus

  • Ebola : la Côte d'Ivoire ferme ses frontières avec la Guinée et le Liberia

    En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Trafic aérien interdit au-dessus du volcan Bardarbunga

    En savoir plus

  • À Kiev, Angela Merkel défend "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

FRANCE

Royal invoque la rupture, Aubry se dit confiante

Texte par Thibault LIEURADE

Dernière modification : 20/11/2008

À la veille du vote pour le premier secrétaire du PS, Ségolène Royal se voit comme un symbole de "rupture". Martine Aubry affirme qu'elle "tendra la main à Royal" si elle est élue, et Benoît Hamon s'inquiète de la tournure de la campagne.

Regardez notre reportage : "Les militants socialistes sortent Ségolène Royal de leurs chapeaux"

Lisez notre article "
Hamon craint que Royal ne propose un compromis mou"

Regardez l'émission Politiques avec Benoît Hamon en cliquant ici

 

À l’approche du vote des militants, les candidats écument les plateaux télé et multiplient les déclarations dans les médias. Pour la première fois, trois candidats briguent le poste de premier secrétaire.

 

Après l’échec du Congrès de Reims, le vote des 233 000 militants -en comptant ceux qui ne sont pas à jour de leur cotisation- s’annonce serré.

 
 
Avantage Martine Aubry
 

Arithmétiquement, Martine Aubry compte un léger avantage sur Ségolène Royal. Sa motion n’est arrivée qu’en troisième position en  recueillant près des 25% des suffrages lors du vote sur les motions le 6 novembre. Mais elle a obtenu lundi le soutien de Bertrand Delanoë, qui s’est retiré de la course au Congrès de Reims pour ne pas ajouter "de la division à la division". La motion du maire de Paris avait pourtant recueilli plus de voix que celle de la maire de Lille.

 

En ajoutant les voix d’Auby et de Delanoë, qui a lui aussi obtenu près de 25% des suffrages, l’architecte des 35 heures pourraient obtenir une courte majorité absolue.

 

Mais rien ne dit que les Delanoïstes se plieront à la consigne et voteront "au canon". Le député alsacien Armand Jung, signataire de la motion Delanoë, a déjà dit qu’il voterait Royal. Le maire de Brest François Cuillandre, rangé derrière le maire de Paris, a quant à lui annoncé qu’il voterait blanc.

 

Pensant incarner le "nouveau centre de gravité du parti", Aubry se dit "confiante" sur l’issue du vote. Elle a déclaré ce mercredi sur les ondes de France Inter qu’elle tendrait immédiatement la main à Ségolène Royal en cas de victoire.

 
Ségolène Royal joue la carte jeune
 

Ségolène Royal veut faire "naître le socialisme du XXIème siècle", en réaction à "l’éternel retour du vieux parti", incarnée selon elle par Martine Aubry, son adversaire la plus dangereuse.

 

Dans une interview au journal "Le Monde" daté du 20 novembre, elle dit symboliser "le changement et même la rupture", terme avec lequel son rival de la présidentielle Nicolas Sarkozy faisait campagne durant la présidentielle.

 

Elle vise aussi les quartiers populaires. La dame du Poitou-Charentes espère accueillir "les jeunes des quartiers populaires et de toutes les couleurs" et envisage le déménagement du siège du parti du cossu VIIème arrondissement de Paris vers un quartier moins huppé.

 

Une de ses réserves de voix, en plus de celles des partisans du premier secrétaire sortant François Hollande ralliés à Bertrand Delanoë, se situe maintenant au niveau des adhérents du Parti socialiste qui ne sont pas à jour de leur cotisation. Un grand nombre d’entre eux avait pris leur carte au Parti à l’époque de l’investiture présidentielle de Ségolène Royal en 2006. Ce sont les fameux "militants à 20 euros". Ils avaient adhéré à ce prix. Le tarif est depuis revenu à son niveau d’avant, 50 euros.

 
Benoît Hamon fait son trou
 

Benoît Hamon, 41 ans, peu connu avant la campagne, porte les espoirs de l’aile gauche du parti. En pleine crise financière, il prône un changement "radical" de cap. Sa motion a recueilli 19% des voix le 6 novembre. Un score plus élevé que prévu. Mais ses réserves de voix sont limitées. La gauche du parti en effet vu son score fondre par rapport au dernier Congrès, à Rennes, en 2005. Reste que son soutien à l’une des deux candidates pourrait être décisif en cas de second tour.

 

Au micro d’Europe 1, il a dénoncé la tournure de la campagne : "Je suis fatigué du spectacle de militants socialistes ou de dirigeants socialistes qui donnent l'impression d'être plus en colère contre d'autres socialistes que contre la droite."

 

Lire le dossier complet de France 24 sur le Parti socialiste

Première publication : 19/11/2008

COMMENTAIRE(S)