Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Merci qui? Merci François Hollande"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

George Weah : la légende du football officiellement président du Liberia

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrine : une balle dans le pied d'Erdogan ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Réfugiés syriens au Liban : la voie difficile, voire impossible, du retour au pays

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seba, une voix gabonaise hors du temps

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Choose France" : Macron reçoit les patrons étrangers à Versailles pour une opération séduction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

Afrique Amériques

Un juge ordonne la libération de 5 Algériens détenus à Guantanamo

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par AFP

Dernière modification : 21/11/2008

Le juge fédéral américain Richard Leon a estimé que cinq Algériens emprisonnés au camp de détention de Guantanamo étaient détenus de manière illégale. Peu après cette annonce, la Maison Blanche a exprimé son désaccord.

Un juge fédéral de Washington a estimé jeudi que cinq Algériens emprisonnés à Guantanamo étaient détenus de manière illégale et a ordonné leur libération, mais a considéré que la détention d'un sixième était légale.

Le juge Richard Leon a estimé que "le gouvernement avait échoué" à prouver que les cinq hommes prévoyaient de se rendre en Afghanistan pour combattre les forces américaines, et que par conséquent le tribunal devait "ordonner leur libération".

Les six hommes contestaient leur détention dans le cadre de la procédure dite en "Habeas Corpus", autorisée le 12 juin par la Cour suprême qui a reconnu que les quelque 250 détenus actuellement emprisonnés à Guantanamo disposaient de droits constitutionnels.

La décision du juge fédéral Richard Leon intervient deux semaines après l'élection du démocrate Barack Obama à la Maison Blanche et alors que celui-ci a déjà annoncé son intention de fermer le camp de détention le plus controversé du monde.

Les six hommes avaient été arrêtés en Bosnie, où ils résidaient, fin 2001.

Première publication : 20/11/2008

COMMENTAIRE(S)