Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Afrique Amériques

Un juge ordonne la libération de 5 Algériens détenus à Guantanamo

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par AFP

Dernière modification : 21/11/2008

Le juge fédéral américain Richard Leon a estimé que cinq Algériens emprisonnés au camp de détention de Guantanamo étaient détenus de manière illégale. Peu après cette annonce, la Maison Blanche a exprimé son désaccord.

Un juge fédéral de Washington a estimé jeudi que cinq Algériens emprisonnés à Guantanamo étaient détenus de manière illégale et a ordonné leur libération, mais a considéré que la détention d'un sixième était légale.

Le juge Richard Leon a estimé que "le gouvernement avait échoué" à prouver que les cinq hommes prévoyaient de se rendre en Afghanistan pour combattre les forces américaines, et que par conséquent le tribunal devait "ordonner leur libération".

Les six hommes contestaient leur détention dans le cadre de la procédure dite en "Habeas Corpus", autorisée le 12 juin par la Cour suprême qui a reconnu que les quelque 250 détenus actuellement emprisonnés à Guantanamo disposaient de droits constitutionnels.

La décision du juge fédéral Richard Leon intervient deux semaines après l'élection du démocrate Barack Obama à la Maison Blanche et alors que celui-ci a déjà annoncé son intention de fermer le camp de détention le plus controversé du monde.

Les six hommes avaient été arrêtés en Bosnie, où ils résidaient, fin 2001.

Première publication : 20/11/2008

COMMENTAIRE(S)