Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique Amériques

Un juge ordonne la libération de 5 Algériens détenus à Guantanamo

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par AFP

Dernière modification : 21/11/2008

Le juge fédéral américain Richard Leon a estimé que cinq Algériens emprisonnés au camp de détention de Guantanamo étaient détenus de manière illégale. Peu après cette annonce, la Maison Blanche a exprimé son désaccord.

Un juge fédéral de Washington a estimé jeudi que cinq Algériens emprisonnés à Guantanamo étaient détenus de manière illégale et a ordonné leur libération, mais a considéré que la détention d'un sixième était légale.

Le juge Richard Leon a estimé que "le gouvernement avait échoué" à prouver que les cinq hommes prévoyaient de se rendre en Afghanistan pour combattre les forces américaines, et que par conséquent le tribunal devait "ordonner leur libération".

Les six hommes contestaient leur détention dans le cadre de la procédure dite en "Habeas Corpus", autorisée le 12 juin par la Cour suprême qui a reconnu que les quelque 250 détenus actuellement emprisonnés à Guantanamo disposaient de droits constitutionnels.

La décision du juge fédéral Richard Leon intervient deux semaines après l'élection du démocrate Barack Obama à la Maison Blanche et alors que celui-ci a déjà annoncé son intention de fermer le camp de détention le plus controversé du monde.

Les six hommes avaient été arrêtés en Bosnie, où ils résidaient, fin 2001.

Première publication : 20/11/2008

COMMENTAIRE(S)