Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique Amériques

Un juge ordonne la libération de 5 Algériens détenus à Guantanamo

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par AFP

Dernière modification : 21/11/2008

Le juge fédéral américain Richard Leon a estimé que cinq Algériens emprisonnés au camp de détention de Guantanamo étaient détenus de manière illégale. Peu après cette annonce, la Maison Blanche a exprimé son désaccord.

Un juge fédéral de Washington a estimé jeudi que cinq Algériens emprisonnés à Guantanamo étaient détenus de manière illégale et a ordonné leur libération, mais a considéré que la détention d'un sixième était légale.

Le juge Richard Leon a estimé que "le gouvernement avait échoué" à prouver que les cinq hommes prévoyaient de se rendre en Afghanistan pour combattre les forces américaines, et que par conséquent le tribunal devait "ordonner leur libération".

Les six hommes contestaient leur détention dans le cadre de la procédure dite en "Habeas Corpus", autorisée le 12 juin par la Cour suprême qui a reconnu que les quelque 250 détenus actuellement emprisonnés à Guantanamo disposaient de droits constitutionnels.

La décision du juge fédéral Richard Leon intervient deux semaines après l'élection du démocrate Barack Obama à la Maison Blanche et alors que celui-ci a déjà annoncé son intention de fermer le camp de détention le plus controversé du monde.

Les six hommes avaient été arrêtés en Bosnie, où ils résidaient, fin 2001.

Première publication : 20/11/2008

COMMENTAIRE(S)