Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Israël, le casse-tête des compagnies aériennes

En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Gaza : Washington et l’ONU exigent un cessez-le-feu "sans condition"

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Air Algérie : des proches de victimes se recueillent sur les lieux du crash

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • En images : affrontements à Paris, en marge de la manifestation pro-Gaza interdite

    En savoir plus

Afrique

L'ONU approuve l'envoi de 3 000 hommes supplémentaires

Vidéo par Kate WILLIAMS , Laure CONSTANTINESCO

Texte par AFP

Dernière modification : 23/11/2008

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé de renforcer de plus de 3 000 hommes les effectifs de la Monuc, faisant ainsi passer la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo de 17 000 à 20 000 Casques bleus.

Retrouvez notre dossier "Combats au Nord-Kivu"

 

Regardez notre reportage exculsif sur les enfants-soldats au Nord-Kivu

 

 

Regardez une compilation de nos meilleurs reportages pour comprendre la situation : "Au plus près des combats en RDC"

 

Le Conseil de sécurité a octroyé jeudi plus de 3.000 hommes supplémentaires à la force de l'ONU en République démocratique du Congo (Monuc), pour lui permettre de mieux faire face à une situation militaire et humanitaire critique dans l'est du pays.

Dans sa résolution 1843, adoptée à l'unanimité de ses quinze membres, le Conseil autorise "une augmentation temporaire d'un maximum de 2.785 hommes des effectifs militaires" de la Monuc "et de 300 hommes au maximum de ses effectifs de police". La Monuc compte déjà quelque 17.000 Casques bleus et policiers.

Cette augmentation temporaire de personnels est prévue jusqu'au 31 décembre mais est renouvelable en même temps que le mandat de la Monuc, qui expire à cette date.

Le texte souligne que cette mesure "vise à permettre à la Monuc de renforcer sa capacité de défense des civils, reconfigurer sa structure et ses forces et optimiser leur déploiement".

Enfin, le projet "souligne l'importance que la Monuc s'acquitte pleinement de son mandat, y compris par des règles d'engagement solides".

Ce paragraphe vise à rappeler que selon l'ONU la Monuc, qui opère sous chapitre VII de la Charte des Nations unies autorisant l'usage de la force, est habilitée à utiliser tous ses moyens pour protéger les populations.

La résolution a été rédigée par la France et co-parrainée par plusieurs autres Etats membres: Belgique, Costa Rica, Etats-Unis, Grande-Bretagne et Italie.

Déployée depuis 2001, la Monuc est la plus importante mission de paix actuelle des Nations unies, avec 17.000 soldats, dont environ 5.000 dans la province du Nord-Kivu (est) où les combats ont repris depuis fin août entre la rébellion du général déchu Laurent Nkunda et l'armée congolaise.

Les combats quasi-quotidiens auxquels prennent part de multiples groupes armés ont créé une situation alarmante sur le plan humanitaire, des dizaines de milliers de civils ayant été jetés sur les routes où ils sont fréquemment victimes d'exactions.

Affirmant que la Monuc était sollicitée à la limite de ses capacités sur un territoire grand comme l'Europe occidentale, son chef, le représentant de l'ONU en RDC Alan Doss, avait demandé dès début octobre une augmentation de ses effectifs.

Dans un premier temps, le Conseil de sécurité a dû surmonter les réticences de certains de ses membres, qui préféraient une restructuration de la Monuc à une augmentation de ses effectifs. Ils arguaient notamment que les capacités de maintien de la paix de l'ONU n'ont jamais été autant sollicitées, avec plus de 110.000 Casques bleus déployés à travers le monde.

Mais la détérioration constante de la situation au Nord-Kivu a eu raison des réserves.

Dans son explication de vote, l'ambassadeur d'Afrique du sud, Dumisani Kumalo, a relevé que "la situation dans l'est du Congo, particulièrement autour de Goma, se détériore rapidement", notamment sur le plan humanitaire.

Il a souligné que l'autorisation de troupes supplémentaires devait être vu comme "un accompagnement du processus politique" visant à faire cesser les combats et à ramener les belligérants à la table de négociation.

Après l'adoption, l'ambassadeur de France, Jean-Maurice Ripert, a dit à la presse sa satisfaction que le Conseil ait ainsi répondu "aux demandes pressantes du département de maintien de la paix" de l'ONU.

"La situation sur le terrain est suffisamment grave, les violations du cessez-le-feu continuent, un certain nombre d'exactions malheureusement se poursuivent, la situation humanitaire pour les déplacés est encore mauvaise, il est donc nécessaire d'accompagner le processus politique, que nous soutenons, (...) par un renforcement des structures militaires", a-t-il expliqué.

Première publication : 20/11/2008

COMMENTAIRE(S)