Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

DOSSIERS

La tribu perdue des Bnei Menashe

Vidéo par Capucine HENRY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/02/2009

Une communauté de 7 000 personnes pratique un judaïsme traditionnel dans une région isolée du nord-est de l'Inde, le Mizoram. Ces juifs se disent issus de l'une des tribus perdues d'Israël, celle des Bnei Menashe ("fils de Menashe").

Attention certaines images de ce documentaire peuvent choquer.

Cette semaine, l'équipe du magazine Humanitaire vous emmène dans le Mizoram, un Etat du nord-est de l'Inde, à la frontière du Bangladesh et de la Birmanie. Aux confins du sous-continent indien, vit une comunauté d'environ 7000 personnes qui pratique, depuis les années 1950, un judaïsme traditionnel. Tous sont persuadués de leur appartenance à l'une des dix tribus perdues d'Israël, la tribu des Bnei Menashe ("fils de Menashe"), issue de la tribu de Joseph qui, selon les écrits, aurait immigré vers l'Orient.

Une délégation des autorités religieuses juives venue d'Israël s'est rendue dans le Mizoram afin de faciliter le retour des 7000 mizos vers la Terre Sainte, car ils ont été officiellement reconnus par le grand Rabin d'Israël. Ce qui leur permet de bénéficier de la "loi de retour" (Alya) qui leur octroie la nationalité israélienne.

Les places sont chères et la sélection au départ difficile. Ceci n'est pas sans poser des questions délicates : sur quels critères peut-on prouver sa judaïté ? Et considérant les problèmes démographiques d'Israël, est-il possible de tous les rappatrier en Terre Sainte, alors que l'État hébreux vient à peine d'intégrer deux vagues successives d'immigrés, celles des Juifs éthiopiens et d'Europe de l'Est, qui, elles aussi, ont bénéficié de la loi du retour ?

Les premiers arrivants ont été "poussés" à s'installer dans les colonies de Gaza et de Cisjordanie, ce qui a vallu de nombreuses critiques sur les motivations réelles de leur arrivée en Israël.

Notre envoyée spéciale, Capucine Henry, est allée à la rencontre de ces candidats à l'exil.

Première publication : 20/11/2008

COMMENTAIRE(S)