Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • Les étrangers interdits de travailler au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

Amériques

L'Argentine nationalise les caisses de retraite

Texte par AFP

Dernière modification : 24/11/2008

Le Parlement argentin a voté la nationalisation des fonds de pension, ouvrant la voie au transfert de 26 milliards de dollars d'investissements à un système unique de retraites de l'État. Un projet que le gouvernement justifie par la crise.

Retrouvez nos dossiers sur la crise : Le capitalisme mondial sur la sellette et Quand la Bourse dégringole dans la rue.

 

Le parlement argentin a voté jeudi soir la loi de nationalisation des caisses de retraite privés, ouvrant ainsi la voie au transfert d'environ 26 milliards de dollars d'investissements à un système unique de retraites de l'Etat.

Le Sénat argentin a adopté cette loi, deux semaines après un premier vote favorable des députés argentins, par 46 voix pour, 18 contre et une abstention.

Ce projet, justifié selon le gouvernement par la crise financière internationale qui menaçait de banqueroute ces caisses de retraite, a été très mal accueilli par les marchés et durement critiqué par l'opposition.

Jeudi, la bourse de Buenos Aires a chuté de 6,58% dans le sillage des autres bourses mondiales, mais aussi en raison du vote attendu au Sénat argentin.

La réforme inquiète les milieux économiques qui craignent que les fonds de retraite ne servent à assurer les besoins de financement de l'Etat, asséchant d'autant le marché du crédit au détriment notamment des entreprises.

Les dix caisses de retraite que le gouvernement entend nationaliser appartiennent toutes à des banques qui administrent des fonds de quelque 26 milliards de dollars (20,7 milliards d'euros).

A l'inquiétude des milieux d'affaires se sont ajoutées les critiques de l'opposition, qui estime que cette nationalisation n'est rien d'autre qu'une "confiscation" de la part du gouvernement destinée à assurer ses besoins de financement.

L'Argentine doit faire face en 2009 et 2010 à des besoins de financement pour le service de sa dette extérieure de l'ordre de 40 milliards de dollars (32 milliards d'euros).

Le gouvernement a rejeté ces critiques, soulignant notamment que les caisses de retraite avaient perdu 27 milliards de pesos (8,32 milliards de dollars) entre octobre 2007 et octobre 2008, et qu'il était devenu indispensable de sauver les retraites.
 

Première publication : 21/11/2008

COMMENTAIRE(S)