Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Afrique

L'Éthiopie n'entend pas rester "indéfiniment" en Somalie

©

Texte par REUTERS

Dernière modification : 23/11/2008

Alors que les forces éthiopiennes commencent à se retirer de Somalie, conformément à l'accord signé en octobre, Addis-Abeba a fait savoir que son armée n'avait pas vocation à rester chez son voisin, où la guerre civile dure depuis 1991.

L'Ethiopie a fait savoir mardi qu'elle n'entendait pas maintenir indéfiniment des troupes en Somalie et a exhorté le gouvernement provisoire somalien à faire aboutir le processus de paix après 17 ans de guerre et d'anarchie dans ce pays de la Corne de l'Afrique.
 
Le gouvernement du président somalien Abdoullahi Youssouf, qui a chassé fin 2006 les islamistes de la capitale Mogadiscio, n'est cependant pas parvenu à vaincre la rébellion malgré l'appui des forces éthiopiennes.
 
Fin octobre, il a signé un accord à Djibouti avec les opposants modérés de l'Alliance pour la relibération de la Somalie (ARS), après avoir accepté de fixer la date d'un début de retrait des troupes d'Addis-Abeba.
 
Aux termes de cet accord, les forces éthiopiennes commenceraient à évacuer le 21 novembre certains secteurs de
Mogadiscio et de la ville-garnison de Baladwayne. Une "deuxième phase" de ce retrait prendrait fin dans les trois mois suivants.
 
"Si les gens ne saisissent pas cette occasion historique (de faire la paix), ce n'est pas nous qui pouvons prendre les
responsabilités à leur place", a dit Seyoum Mesfin, le ministre éthiopien des Affaires étrangères, lors d'une réunion avec ses homologues des pays de la région à Addis-Abeba.
 
"Je voudrais redire sans équivoque que les soldats éthiopiens ne sont pas disposés à prendre indéfiniment de si
lourdes responsabilités (...) Il est essentiel, dans un moment aussi critique, d'envoyer un message clair aux dirigeants
somaliens", a-t-il ajouté.
 
Le président Youssouf a reconnu samedi que les rebelles islamistes contrôlaient la majeure partie du pays et a évoqué un possible effondrement du régime.
 
Le vide laissé par le départ des soldats éthiopiens serait comblé par une force de sécurité mixte de 10.000 hommes dont la composition serait définie par le gouvernement et l'opposition.

Première publication : 21/11/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)