Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

Amériques Amériques

Un virus informatique a infiltré le Pentagone

Texte par AFP

Dernière modification : 22/11/2008

Le Pentagone, qui gère 17 000 réseaux informatiques, a été infiltré par un virus. L'institution américaine affirme avoir pris les mesures nécessaires pour y remédier sans préciser si des données informatiques avaient été endommagées.

Le ministère américain de la Défense a annoncé vendredi avoir été victime d'un virus informatique qui a infesté ses réseaux d'ordinateurs.
  
"Nous sommes au courant de l'existence d'un virus mondial qui fait l'objet d'alertes", a déclaré le porte-parole du Pentagone Bryan Whitman. "Nous avons constaté cela sur nos réseaux et nous avons pris des mesures pour y remédier", a-t-il dit.
  
M. Whitman n'a pas voulu préciser la nature du virus en question ni si des réseaux informatiques ultra secrets avaient été touchés.
  
Selon la presse spécialisée, le Pentagone a diffusé lundi une note interne interdisant avec effet immédiat l'utilisation de clés USB sur tous les ordinateurs du ministère.
  
Le Pentagone est à la tête de 17.000 réseaux informatiques locaux ou régionaux et compte quelque sept millions de terminaux.

Première publication : 21/11/2008

COMMENTAIRE(S)