Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Amériques Amériques

Un virus informatique a infiltré le Pentagone

Texte par AFP

Dernière modification : 22/11/2008

Le Pentagone, qui gère 17 000 réseaux informatiques, a été infiltré par un virus. L'institution américaine affirme avoir pris les mesures nécessaires pour y remédier sans préciser si des données informatiques avaient été endommagées.

Le ministère américain de la Défense a annoncé vendredi avoir été victime d'un virus informatique qui a infesté ses réseaux d'ordinateurs.
  
"Nous sommes au courant de l'existence d'un virus mondial qui fait l'objet d'alertes", a déclaré le porte-parole du Pentagone Bryan Whitman. "Nous avons constaté cela sur nos réseaux et nous avons pris des mesures pour y remédier", a-t-il dit.
  
M. Whitman n'a pas voulu préciser la nature du virus en question ni si des réseaux informatiques ultra secrets avaient été touchés.
  
Selon la presse spécialisée, le Pentagone a diffusé lundi une note interne interdisant avec effet immédiat l'utilisation de clés USB sur tous les ordinateurs du ministère.
  
Le Pentagone est à la tête de 17.000 réseaux informatiques locaux ou régionaux et compte quelque sept millions de terminaux.

Première publication : 21/11/2008

COMMENTAIRE(S)