Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Amériques Amériques

Un virus informatique a infiltré le Pentagone

Texte par AFP

Dernière modification : 22/11/2008

Le Pentagone, qui gère 17 000 réseaux informatiques, a été infiltré par un virus. L'institution américaine affirme avoir pris les mesures nécessaires pour y remédier sans préciser si des données informatiques avaient été endommagées.

Le ministère américain de la Défense a annoncé vendredi avoir été victime d'un virus informatique qui a infesté ses réseaux d'ordinateurs.
  
"Nous sommes au courant de l'existence d'un virus mondial qui fait l'objet d'alertes", a déclaré le porte-parole du Pentagone Bryan Whitman. "Nous avons constaté cela sur nos réseaux et nous avons pris des mesures pour y remédier", a-t-il dit.
  
M. Whitman n'a pas voulu préciser la nature du virus en question ni si des réseaux informatiques ultra secrets avaient été touchés.
  
Selon la presse spécialisée, le Pentagone a diffusé lundi une note interne interdisant avec effet immédiat l'utilisation de clés USB sur tous les ordinateurs du ministère.
  
Le Pentagone est à la tête de 17.000 réseaux informatiques locaux ou régionaux et compte quelque sept millions de terminaux.

Première publication : 21/11/2008

COMMENTAIRE(S)