Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales: un humour déplacé ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

Amériques Amériques

Un virus informatique a infiltré le Pentagone

Texte par AFP

Dernière modification : 22/11/2008

Le Pentagone, qui gère 17 000 réseaux informatiques, a été infiltré par un virus. L'institution américaine affirme avoir pris les mesures nécessaires pour y remédier sans préciser si des données informatiques avaient été endommagées.

Le ministère américain de la Défense a annoncé vendredi avoir été victime d'un virus informatique qui a infesté ses réseaux d'ordinateurs.
  
"Nous sommes au courant de l'existence d'un virus mondial qui fait l'objet d'alertes", a déclaré le porte-parole du Pentagone Bryan Whitman. "Nous avons constaté cela sur nos réseaux et nous avons pris des mesures pour y remédier", a-t-il dit.
  
M. Whitman n'a pas voulu préciser la nature du virus en question ni si des réseaux informatiques ultra secrets avaient été touchés.
  
Selon la presse spécialisée, le Pentagone a diffusé lundi une note interne interdisant avec effet immédiat l'utilisation de clés USB sur tous les ordinateurs du ministère.
  
Le Pentagone est à la tête de 17.000 réseaux informatiques locaux ou régionaux et compte quelque sept millions de terminaux.

Première publication : 21/11/2008

COMMENTAIRE(S)