Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Afrique

Les pirates prêts à riposter à toute intervention militaire

Texte par AFP

Dernière modification : 23/11/2008

Les pirates à bord ayant détourné le supertanker saoudien Sirius Star ont affirmé qu'ils riposteraient à toute intervention militaire. Ils ont réclamé 25 millions de dollars pour libérer le navire. Des négociations sont en cours.

Les pirates à bord du superpétrolier saoudien Sirius Star, capturé le 15 novembre au large de la Somalie, ont affirmé qu'ils riposteraient à toute intervention militaire pour les déloger.

"J'espère que le propriétaire du superpétrolier est suffisamment sage et n'autorisera pas le recours à l'option militaire parce que cela serait un désastre pour tout le monde", a déclaré samedi à l'AFP un membre de leur groupe depuis le village côtier de Harardhere.

"Nous sommes là pour défendre le superpétrolier si nous sommes attaqués", a déclaré ce membre du groupe des pirates, Abdiyare Moalim.

Il s'est présenté comme l'un des pirates à terre chargé de rassembler des miliciens pour protéger la zone, alors que les négociations se poursuivent avec les propriétaires du Sirius Star, qui ont dix jours pour trouver une rançon de 25 millions de dollars réclamés par les pirates pour libérer le navire.

"Leurs intentions sont claires", a-t-il poursuivi à propos des pirates à bord du navire : "je leur ai parlé il y a quelques minutes et ils m'ont assuré qu'ils n'allaient pas détruire le bateau ni faire de mal à l'équipage. Ils espèrent seulement obtenir ce qu'ils ont demandé".

Selon le pirate, des négociations sont en cours entre les propriétaires du navire et les pirates à bord du Sirius Star mais n'ont pas pour le moment abouti.

"Ils reçoivent des coups de téléphone de gens, certains se présentent comme des médiateurs, d'autres comme agents des propriétaires. Pour l'instant, rien n'a été convenu", a-t-il indiqué.

Des habitants ont rapporté à l'AFP avoir vu des renforts rejoindre les pirates à bord du bateau. "Tôt ce matin, j'ai vu au moins 10 pirates fortement armés se diriger vers le navire. Leur bateau est revenu après les avoir déposés", a déclaré un pêcheur Hassan Ahmed.

Une centaine de miliciens armés ont déjà convergé depuis jeudi sur Harardhere, un petit port de pêche à 300 km au nord de Mogadiscio où le supertanker est ancré depuis mardi.

Le détournement du navire est reçu par certains comme une bénédiction. "La présence de plus de gens ici, qu'ils soient des miliciens ou non est bonne pour l'économie d'Haradhere. Au moins ils consomment ce que nous avons. Ils sont les bienvenus ici tant qu'ils ne pillent pas et ne tuent pas", assure Abdi Hassan, propriétaire d'un petit salon de thé.

"Ni les pirates, ni les gens de Harardhere n'ont de mauvaises intentions à l'égard du gouvernement et du peuple saoudiens. Ce superpétrolier appartient au saint royaume et il sera libéré dès qu'ils auront payés les +cacahouètes+ qui leur sont réclamées", affirme un habitant, Muhamoud Ali.

D'autres villageois considèrent pourtant les pirates comme des criminels qui menacent d'apporter la désolation au petit port de pêche. "L'augmentation du nombre de miliciens à Harardhere sape la paix dont nous avons bénéficié depuis six mois", juge Muhamoud Munin, un autre habitant joint au téléphone par l'AFP.

Les shebab, les miliciens islamistes qui contrôlent une grande partie de la Somalie, ont régulièrement dénoncé la piraterie mais un responsable de la milice à Harardhere a indiqué à l'AFP qu'ils n'avaient pas l'intention d'attaquer les pirates.

La capture du Sirius Star, long de 330 mètres et renfermant dans ses cales 300.000 tonnes de pétrole estimées à 100 millions de dollars, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée au large de la Somalie, où une centaine de bateaux ont été attaqués cette année.

Selon une estimation du ministre kenyan des Affaires étrangères, les pirates qui multiplient les attaques de bateaux au large des côtes somaliennes et dans le golfe d'Aden ont obtenu quelque 150 millions de dollars de rançons au cours des douze derniers mois.

Première publication : 22/11/2008

COMMENTAIRE(S)