Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

Afrique

Les pirates prêts à riposter à toute intervention militaire

Texte par AFP

Dernière modification : 23/11/2008

Les pirates à bord ayant détourné le supertanker saoudien Sirius Star ont affirmé qu'ils riposteraient à toute intervention militaire. Ils ont réclamé 25 millions de dollars pour libérer le navire. Des négociations sont en cours.

Les pirates à bord du superpétrolier saoudien Sirius Star, capturé le 15 novembre au large de la Somalie, ont affirmé qu'ils riposteraient à toute intervention militaire pour les déloger.

"J'espère que le propriétaire du superpétrolier est suffisamment sage et n'autorisera pas le recours à l'option militaire parce que cela serait un désastre pour tout le monde", a déclaré samedi à l'AFP un membre de leur groupe depuis le village côtier de Harardhere.

"Nous sommes là pour défendre le superpétrolier si nous sommes attaqués", a déclaré ce membre du groupe des pirates, Abdiyare Moalim.

Il s'est présenté comme l'un des pirates à terre chargé de rassembler des miliciens pour protéger la zone, alors que les négociations se poursuivent avec les propriétaires du Sirius Star, qui ont dix jours pour trouver une rançon de 25 millions de dollars réclamés par les pirates pour libérer le navire.

"Leurs intentions sont claires", a-t-il poursuivi à propos des pirates à bord du navire : "je leur ai parlé il y a quelques minutes et ils m'ont assuré qu'ils n'allaient pas détruire le bateau ni faire de mal à l'équipage. Ils espèrent seulement obtenir ce qu'ils ont demandé".

Selon le pirate, des négociations sont en cours entre les propriétaires du navire et les pirates à bord du Sirius Star mais n'ont pas pour le moment abouti.

"Ils reçoivent des coups de téléphone de gens, certains se présentent comme des médiateurs, d'autres comme agents des propriétaires. Pour l'instant, rien n'a été convenu", a-t-il indiqué.

Des habitants ont rapporté à l'AFP avoir vu des renforts rejoindre les pirates à bord du bateau. "Tôt ce matin, j'ai vu au moins 10 pirates fortement armés se diriger vers le navire. Leur bateau est revenu après les avoir déposés", a déclaré un pêcheur Hassan Ahmed.

Une centaine de miliciens armés ont déjà convergé depuis jeudi sur Harardhere, un petit port de pêche à 300 km au nord de Mogadiscio où le supertanker est ancré depuis mardi.

Le détournement du navire est reçu par certains comme une bénédiction. "La présence de plus de gens ici, qu'ils soient des miliciens ou non est bonne pour l'économie d'Haradhere. Au moins ils consomment ce que nous avons. Ils sont les bienvenus ici tant qu'ils ne pillent pas et ne tuent pas", assure Abdi Hassan, propriétaire d'un petit salon de thé.

"Ni les pirates, ni les gens de Harardhere n'ont de mauvaises intentions à l'égard du gouvernement et du peuple saoudiens. Ce superpétrolier appartient au saint royaume et il sera libéré dès qu'ils auront payés les +cacahouètes+ qui leur sont réclamées", affirme un habitant, Muhamoud Ali.

D'autres villageois considèrent pourtant les pirates comme des criminels qui menacent d'apporter la désolation au petit port de pêche. "L'augmentation du nombre de miliciens à Harardhere sape la paix dont nous avons bénéficié depuis six mois", juge Muhamoud Munin, un autre habitant joint au téléphone par l'AFP.

Les shebab, les miliciens islamistes qui contrôlent une grande partie de la Somalie, ont régulièrement dénoncé la piraterie mais un responsable de la milice à Harardhere a indiqué à l'AFP qu'ils n'avaient pas l'intention d'attaquer les pirates.

La capture du Sirius Star, long de 330 mètres et renfermant dans ses cales 300.000 tonnes de pétrole estimées à 100 millions de dollars, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée au large de la Somalie, où une centaine de bateaux ont été attaqués cette année.

Selon une estimation du ministre kenyan des Affaires étrangères, les pirates qui multiplient les attaques de bateaux au large des côtes somaliennes et dans le golfe d'Aden ont obtenu quelque 150 millions de dollars de rançons au cours des douze derniers mois.

Première publication : 22/11/2008

COMMENTAIRE(S)