Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

Afrique

Les pirates prêts à riposter à toute intervention militaire

Texte par AFP

Dernière modification : 23/11/2008

Les pirates à bord ayant détourné le supertanker saoudien Sirius Star ont affirmé qu'ils riposteraient à toute intervention militaire. Ils ont réclamé 25 millions de dollars pour libérer le navire. Des négociations sont en cours.

Les pirates à bord du superpétrolier saoudien Sirius Star, capturé le 15 novembre au large de la Somalie, ont affirmé qu'ils riposteraient à toute intervention militaire pour les déloger.

"J'espère que le propriétaire du superpétrolier est suffisamment sage et n'autorisera pas le recours à l'option militaire parce que cela serait un désastre pour tout le monde", a déclaré samedi à l'AFP un membre de leur groupe depuis le village côtier de Harardhere.

"Nous sommes là pour défendre le superpétrolier si nous sommes attaqués", a déclaré ce membre du groupe des pirates, Abdiyare Moalim.

Il s'est présenté comme l'un des pirates à terre chargé de rassembler des miliciens pour protéger la zone, alors que les négociations se poursuivent avec les propriétaires du Sirius Star, qui ont dix jours pour trouver une rançon de 25 millions de dollars réclamés par les pirates pour libérer le navire.

"Leurs intentions sont claires", a-t-il poursuivi à propos des pirates à bord du navire : "je leur ai parlé il y a quelques minutes et ils m'ont assuré qu'ils n'allaient pas détruire le bateau ni faire de mal à l'équipage. Ils espèrent seulement obtenir ce qu'ils ont demandé".

Selon le pirate, des négociations sont en cours entre les propriétaires du navire et les pirates à bord du Sirius Star mais n'ont pas pour le moment abouti.

"Ils reçoivent des coups de téléphone de gens, certains se présentent comme des médiateurs, d'autres comme agents des propriétaires. Pour l'instant, rien n'a été convenu", a-t-il indiqué.

Des habitants ont rapporté à l'AFP avoir vu des renforts rejoindre les pirates à bord du bateau. "Tôt ce matin, j'ai vu au moins 10 pirates fortement armés se diriger vers le navire. Leur bateau est revenu après les avoir déposés", a déclaré un pêcheur Hassan Ahmed.

Une centaine de miliciens armés ont déjà convergé depuis jeudi sur Harardhere, un petit port de pêche à 300 km au nord de Mogadiscio où le supertanker est ancré depuis mardi.

Le détournement du navire est reçu par certains comme une bénédiction. "La présence de plus de gens ici, qu'ils soient des miliciens ou non est bonne pour l'économie d'Haradhere. Au moins ils consomment ce que nous avons. Ils sont les bienvenus ici tant qu'ils ne pillent pas et ne tuent pas", assure Abdi Hassan, propriétaire d'un petit salon de thé.

"Ni les pirates, ni les gens de Harardhere n'ont de mauvaises intentions à l'égard du gouvernement et du peuple saoudiens. Ce superpétrolier appartient au saint royaume et il sera libéré dès qu'ils auront payés les +cacahouètes+ qui leur sont réclamées", affirme un habitant, Muhamoud Ali.

D'autres villageois considèrent pourtant les pirates comme des criminels qui menacent d'apporter la désolation au petit port de pêche. "L'augmentation du nombre de miliciens à Harardhere sape la paix dont nous avons bénéficié depuis six mois", juge Muhamoud Munin, un autre habitant joint au téléphone par l'AFP.

Les shebab, les miliciens islamistes qui contrôlent une grande partie de la Somalie, ont régulièrement dénoncé la piraterie mais un responsable de la milice à Harardhere a indiqué à l'AFP qu'ils n'avaient pas l'intention d'attaquer les pirates.

La capture du Sirius Star, long de 330 mètres et renfermant dans ses cales 300.000 tonnes de pétrole estimées à 100 millions de dollars, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée au large de la Somalie, où une centaine de bateaux ont été attaqués cette année.

Selon une estimation du ministre kenyan des Affaires étrangères, les pirates qui multiplient les attaques de bateaux au large des côtes somaliennes et dans le golfe d'Aden ont obtenu quelque 150 millions de dollars de rançons au cours des douze derniers mois.

Première publication : 22/11/2008

COMMENTAIRE(S)