Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Amériques

Le parti de Chavez triomphe dans la plupart des États

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par AFP

Dernière modification : 24/11/2008

Le Venezuela a voté pour élire ses gouverneurs et ses maires. Le parti du président Hugo Chavez, qui s'est fortement impliqué, a remporté 17 États sur 22, même si l'opposition parvient à se renforcer, en remportant la mairie de Caracas.

Retrouvez notre reportage : Chavez en campagne un an après l'échec de sa réforme constitutionnelle.

   

 

Les partisans du président Hugo Chavez l'ont emporté dans la majorité des Etats en lice pour les élections régionales de dimanche au Venezuela, tandis que l'opposition a gagné la mairie de Caracas, lors d'un scrutin assimilé à un plébiscite par le chef de l'Etat.
   
Des élus du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) du président Hugo Chavez l'ont emporté dans 17 des 22 Etats en lice, a annoncé le Conseil national électoral peu après 23h00 (03h30 GMT), faisant aussi état d'un taux de participation de 65,45%.
   
"Une nouvelle étape commence", a déclaré peu après Hugo Chavez.
   
"Le peuple, qu'il ait voté pour les candidats de la révolution ou pour d'autres a démontré que nous jouissons ici d'un système démocratique et que nous respectons ses décisions", a encore estimé le chef de l'Etat.
   
Les partisans du président l'ont surtout emporté dans trois Etats tenus depuis quatre ans par des dissidents du chavisme - Sucre, Guárico et Aragua - qui reviennent dans le giron présidentiel.
   
Dans l'Etat très symbolique de Barinas, fief d'Hugo Chavez, c'est son frère Adán Chavez, qui a gagné avec 49,63% des suffrages, contre Julio César Reyes, un ex-membre de la coalition chaviste qui a obtenu 44,58% des suffrages.
   
Jusque là c'était le père d'Hugo Chavez qui occupait le poste de gouverneur dans cet Etat.
   
"Le PSUV a renforcé sa position de première force politique du pays", a assuré le vice-président de cette formation, Alberto Muller Rojas.
   
L'opposition a pour sa part remporté au moins quatre Etats, contre deux auparavant, notamment celui de Zulia, le plus riche et peuplé du pays, dans le nord-ouest, qu'elle tenait déjà.
   
Elle a remporté l'Etat de Miranda (centre), le deuxième le plus peuplé, et surtout la municipalité de Caracas, emportée contre toute attente par son candidat Antonio Ledezma.
   
Ce dernier a adressé un message à Hugo Chavez souhaitant "qu'ils travaillent ensemble pour sauver Caracas".
   
"Je veux féliciter les vainqueurs des partis d'opposition (...) Je les appelle à s'engager au plus haut niveau pour la démocratie. Espérons qu'ils dirigeront avec honnêteté, en respectant le gouvernement et les institutions", a déclaré Hugo Chavez.
   
Près de 17 millions de personnes étaient appelées à élire 22 gouverneurs, 328 maires et plusieurs centaines de conseillers régionaux et municipaux.
   
Le Conseil national électoral n'avait pas encore annoncé dimanche soir les résultats des municipalités, qui permettront de brosser un tableau plus précis de ce nouveau test pour le chavisme.
   
Pour ce douzième scrutin depuis son élection en 1998, M. Chavez s'était pleinement investi, arpentant tous les Etats comme un candidat de plus du PSUV.
   
Hugo Chavez avait réussi à éviter des sujets gênants pour ses partisans comme l'insécurité ou encore la vie trop chère dans ce pays où près de 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté en dépit de la rente pétrolière.
   
Il avait surtout assimilé le scrutin à un plébiscite sur sa gestion. "C'est l'avenir de la révolution qui est en jeu, l'avenir du socialisme, du Venezuela, du gouvernement révolutionnaire et d'Hugo Chavez", avait-il dit.
   
Renforcée par l'échec en décembre 2007 du référendum constitutionnel proposé par le gouvernement, l'opposition, soudée, avait aussi fait du scrutin de dimanche un test national.
   
Ses dirigeants avaient notamment répété qu'un nouvel échec des chavistes les dissuaderait de tenter à nouveau de modifier la Constitution pour permettre à M. Chavez, en principe au pouvoir jusqu'en 2013, de briguer un nouveau mandat.

Première publication : 24/11/2008

COMMENTAIRE(S)