Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ottawa, la fin de l'innocence"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

Asie - pacifique

Deux navires pakistanais arraisonnés au large de Bombay

Texte par AFP

Dernière modification : 27/11/2008

Deux navires de commerce pakistanais ont été arraisonnés par la marine indienne, au large des côtes situées au nord de Bombay, selon l'agence PTI, citant des sources au ministère de l'Intérieur indien.

Lire aussi : "Bombay touchée par sept attaques, au moins 100 morts"

Et : "Condamnations unanimes de la communauté internationale"



Ainsi que : "Le journalisme citoyen s'empare des attentats de Bombay"

 

Deux navires de commerce pakistanais ont été arraisonnés au large des côtes indiennes à la suite des attaques terroristes commises à Bombay, a annoncé jeudi l'agence indienne PTI, citant des sources au ministère de l'Intérieur.
   
Les bateaux se trouvaient alors au large de l'Etat indien du Gujarat, au nord de Bombay, selon ces sources.
   
La marine indienne avait fait état de soupçons selon lesquels les auteurs des attaques déclenchées mercredi soir dans la capitale économique de l'Inde et qui ont fait au moins 125 morts, étaient arrivés dans la ville à bord d'une vedette rapide elle-même en provenance d'un navire plus grand.
   
Les assaillants "sont originaires de l'autre côté de la frontière et peut-être de Faridkot, au Pakistan", avait, quant à lui, affirmé le général R.K. Hooda, qui dirige l'opération armée contre les islamistes retranchés dans deux hôtels de luxe.
   
A la suite de quoi, le ministre pakistanais de la Défense Ahmed Mukhtar avait "fermement affirmé" que son pays n'était impliqué en aucune manière dans ces violences.

Première publication : 27/11/2008

COMMENTAIRE(S)