Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Netanyahou divise à Washington

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

Asie - pacifique

Deux navires pakistanais arraisonnés au large de Bombay

Texte par AFP

Dernière modification : 27/11/2008

Deux navires de commerce pakistanais ont été arraisonnés par la marine indienne, au large des côtes situées au nord de Bombay, selon l'agence PTI, citant des sources au ministère de l'Intérieur indien.

Lire aussi : "Bombay touchée par sept attaques, au moins 100 morts"

Et : "Condamnations unanimes de la communauté internationale"



Ainsi que : "Le journalisme citoyen s'empare des attentats de Bombay"

 

Deux navires de commerce pakistanais ont été arraisonnés au large des côtes indiennes à la suite des attaques terroristes commises à Bombay, a annoncé jeudi l'agence indienne PTI, citant des sources au ministère de l'Intérieur.
   
Les bateaux se trouvaient alors au large de l'Etat indien du Gujarat, au nord de Bombay, selon ces sources.
   
La marine indienne avait fait état de soupçons selon lesquels les auteurs des attaques déclenchées mercredi soir dans la capitale économique de l'Inde et qui ont fait au moins 125 morts, étaient arrivés dans la ville à bord d'une vedette rapide elle-même en provenance d'un navire plus grand.
   
Les assaillants "sont originaires de l'autre côté de la frontière et peut-être de Faridkot, au Pakistan", avait, quant à lui, affirmé le général R.K. Hooda, qui dirige l'opération armée contre les islamistes retranchés dans deux hôtels de luxe.
   
A la suite de quoi, le ministre pakistanais de la Défense Ahmed Mukhtar avait "fermement affirmé" que son pays n'était impliqué en aucune manière dans ces violences.

Première publication : 27/11/2008

COMMENTAIRE(S)