Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Le journalisme citoyen s'empare des attentats de Bombay

Vidéo par Nicolas DE SCITIVAUX

Texte par Lorena GALLIOT

Dernière modification : 27/11/2008

De Twitter à YouTube en passant par Wikipédia, les internautes ont eu la possibilité de lire et de visionner, en quasi-exclusivité, les toutes premières informations concernant la série d’attaques qui a touché Bombay.

Lire aussi : "Bombay touchée par sept attaques, au moins 100 morts"

Et : "Condamnations unanimes de la communauté internationale"

 

 

 

Dès les premières heures qui ont suivi la série d'attaques à Bombay, capitale économique de l’Inde, les internautes ont pu lire et visionner les toutes premières informations, notamment en images, sur le Net. Preuve que la Toile est en train de révolutionner l’accès à l’information.

 

Tout au long de la nuit, Twitter, le site Internet de microbloging, a apporté les toutes dernières nouvelles portant sur les attentats à partir des centaines de commentaires postés tout au long de la nuit. Certains ont utilisé l’outil pour rassurer leur famille et leurs amis. "Suis à Bombay, tout va bien", écrit à 2h50 un internaute du nom de "s4ur4bh". D’autres ont proposé leur analyse sur la nature du groupe terroriste méconnu, les Moudjahidins du Deccan, qui a revendiqué les attentats.

 

Il y a aussi ceux qui tentent d’apporter leur aide aux équipes médicales : “Besoin de sang à l’hôpital JJ”, indique une internaute baptisée "aeroplowoman" qui fournit même le numéro de téléphone à appeler.

 

Une page Wikipédia créée en quelques heures

 

Encore plus surprenant peut-être : une entrée dans l'encyclopédie participative Wikipédia sur les attaques a été rapidement créée puis mise à jour. On pouvait y lire, dans la nuit de mercredi à jeudi, des informations bien plus pointues que celles relayées par les médias traditionels : “les attaques ont eu lieu dans le sud de Bombay, à la gare bondée de Chhatrapati Shivaji Terminus (CST) ; aux deux hôtels cinq étoiles Taj Mahal et Oberoi ; au Leopold Café, un restaurant connu des touristes ; un hôpital ; et dans des bureaux de police où au moins trois officiers haut gradés, dont un responsable de l'anti-terrorisme, ont été tués par balles."

 

La version anglaise de la chaîne Al-Jazeera, basée au Qatar, a immédiatement posté sur Google Maps une page pointant l’endroit des différentes attaques, et appelé les internautes à donner des précisions.

 

Sur YouTube, des dizaines de vidéos, dont la plupart sont amateurs, ont déjà été téléchargées. Dans une vidéo appelée "Images choquantes des attaques de Bombay", l’internaute "madonnadownloaded" a posté des images plus réussies que celles utilisées par les médias traditionnels.

 

Même des grandes chaînes d’information comme CNN ont utilisé des photos prises par un internaute “Vinu” qui a posté sur la plateforme d'échanges de photos Flickr, peu de temps après l’attaque, des dizaines de photos montrant des rues ravagées et des citoyens choqués.


Première publication : 27/11/2008

COMMENTAIRE(S)