Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, candidat au départ....

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

SCIENCES

Même élu, Obama ne peut se passer du Web 2.0

Texte par AFP

Dernière modification : 27/11/2008

Après avoir été porté aux portes de la Maison Blanche grâce, notamment, à un important réseau de partisans sur la Toile, Barack Obama a décidé de conserver les principes du Web 2.0 afin de préparer au mieux son entrée dans le Bureau Ovale.

Le président élu des Etats-Unis Barack Obama a lancé cette semaine sa mesure la plus audacieuse pour faire entrer le gouvernement dans l'ère interactive, en ouvrant sur le site de son équipe de transition un débat public sur le système de santé américain.

"Une des choses sur lesquelles je vais devoir travailler, c'est comment rompre l'isolement, la bulle qui existe autour du président", a dit Barack Obama dans un entretien à la chaîne ABC News diffusé mercredi.

"Je suis en train de négocier avec les services secrets, les avocats, le personnel de la Maison Blanche... pour savoir comment je peux recevoir des informations en dehors des 10 ou 12 personnes qui entourent mon bureau à la Maison Blanche", a-t-il indiqué.

"Je pense qu'une des pires choses qui pourrait arriver à un président c'est de perdre le contact avec ce que les gens vivent au jour le jour", a-t-il jugé.

Le site internet de son équipe de transition invite depuis mardi soir les internautes à partager leurs points de vue sur le système de santé américain.

Un nouvel onglet, baptisé "Joignez-vous à la discussion", permet aux internautes de répondre à la question "Qu'est-ce qui vous inquiète le plus concernant le système de santé dans notre pays?"

Le forum a drainé, 24 heures après son lancement, plus de 2.000 commentaires, pour lesquels il est possible de se prononcer pour ou contre en cliquant sur un pouce dirigé vers le haut ou vers le bas.

Le commentaire le plus populaire mercredi était celui d'un internaute favorable à un système de santé qui mette d'avantage l'accent sur la prévention.

L'équipe de transition de Barack Obama indique sur le site qu'en lançant ce débat elle cherche à obtenir "des réactions instantanées" à propos de ses "priorités", ainsi qu'à "créer des communautés autour de ces questions, avec les meilleurs idées et les discussions les plus intéressantes émergeant du lot".

Barack Obama a promis une administration plus ouverte et transparente et cette initiative est la première tentative dans ce sens.

Lors du lancement du site change.gov, le 6 novembre, celui-ci comprenait un appel aux internautes à partager leurs idées mais il n'y avait aucune possibilité d'engager un débat public, ce qui avait été critiqué par certains de ses partisans.

"Ceci est un démarrage formidable dans l'accomplissement de la promesse d'Obama de rendre le gouvernement plus ouvert et participatif", écrit Micah Sifry sur son blog dédié à la politique et à l'internet.

"Quand on pense qu'au cours des huit dernières années, l'occupant de la Maison Blanche a essentiellement dit au public "on vous demande votre avis une fois tous les quatre ans et après ça je suis celui qui décide", ceci est grandiose", écrit-il encore.

Le président élu, qui a remporté l'élection présidentielle le 4 novembre et prendra ses fonctions le 20 janvier, a posté sur le site de partage de vidéos YouTube ses deux premières allocutions radiodiffusées hebdomadaires, regardées respectivement par un million et un demi million de personnes.

Mais il était impossible de laisser un commentaire, ce qui a soulevé un flot de critiques. Mercredi, la fonction a été restaurée et les internautes ont pu assouvir leur soif de commentaires.

Première publication : 27/11/2008

COMMENTAIRE(S)