Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yemen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

Sports

Schumacher attaque l'Agence française de lutte contre le dopage

Vidéo par FRANCE 24

Texte par AFP

Dernière modification : 28/11/2008

L'Allemand Stefan Schumacher, qui a été contrôlé positif à l'EPO par l'Agence française de lutte contre le dopage, a décidé de porter plainte contre elle. L'autorité française a jugé cette démarche "incompréhensible".

Le coureur cycliste allemand Stefan Schumacher a annoncé jeudi qu'il allait porter plainte contre l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) pour calomnie après son double contrôle positif à l'EPO Cera pendant le Tour de France.
  
"J'ai été jugé et mis au pilori", a estimé sur son site internet le coureur qui a toujours nié s'être dopé. Mais "j'ai la conscience tranquille".
  
"J'attends toujours des réponses concrètes de l'AFLD et à ce jour, il n'y a rien contre moi dans les fédérations, ni à la fédération internationale UCI, ni à la fédération allemande BDR", a-t-il ajouté.
  
"Je ne veux pas m'arrêter là et je ne m'arrêterai pas là. Les gens qui ont toujours cru en moi et qui continuent de le faire n'ont pas mérité ça", a poursuivi Schumacher.
  
L'Allemand est l'un des quatres coureurs à avoir été rattrapés par les analyses complémentaires lancées cet automne par l'AFLD sur une trentaine d'échantillons sanguins prélevés lors de la Grande Boucle en juillet.
  
Ces analyses avaient permis de déceler la présence de Cera -- une EPO dont les effets se font sentir près d'un mois à partir d'une seule injection -- dans le sang de Schumacher prélevé le 3 juillet, deux jours avant le départ du Tour, et le 15 juillet, lors de la première journée de repos à Pau.
  
"C'est incompréhensible", a réagi le président de l'AFLD, Pierre Bordry, trouvant les propos de Schumacher "curieux comme point de vue".
  
Comme les autres coureurs convaincus de dopage sur le Tour de France 2008, Schumacher doit être convoqué pour une audience disciplinaire devant l'AFLD. "Il y a une procédure en cours devant l'Agence française de lutte contre le dopage qui se déroule pour l'instant normalement et à ce stade, je ne veux pas faire plus de commentaires", a ajouté M. Bordry.
  
La fédération allemande avait annoncé qu'elle engagerait une procédure judiciaire à l'encontre du coureur.
  
Après cette nouvelle affaire de dopage touchant le cyclisme national, les chaînes de télévision publiques allemandes avaient annoncé qu'elles renonçaient à retransmettre le Tour de France.

Première publication : 27/11/2008

COMMENTAIRE(S)