Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Les autorités de Kinshasa épinglées par Human Rights Watch

Vidéo par Marlène RABAUD , Arnaud ZAJTMAN

Dernière modification : 28/11/2008

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a publié un rapport pointant du doigt la "brutalité" de la répression menée, à Kinshasa et dans l'ouest du pays, par le régime congolais à l'encontre de l'opposition.

 
 
Regardez une compilation de nos meilleurs reportages pour comprendre la situation : "Au plus près des combats en RDC"
 
 

AFP - Les autorités de la République démocratique du Congo ont sévèrement critiqué mercredi le dernier rapport de l'organisation Human Rights Watch (HRW) dénonçant la répression du président Joseph Kabila contre son opposition.
   
"C'est un rapport politisé et truffé d'approximations", a accusé  le ministre congolais de la Communication et des Médias, Lambert Mende Omalanga.
   
La veille, HRW avait publié un rapport dénonçant la "répression brutale" menée par le président Kabila contre son opposition à Kinshasa et dans l'ouest de la RDC.
   
Près de 500 opposants y ont été délibérément tués ou exécutés sommairement et un millier de personnes arrêtées par les services de sécurité depuis l'élection de M. Kabila il y a deux ans, selon l'organisation de défense des droits de l'homme, dont le siège est à New York.
   
"Nous avons accueilli ce rapport avec une grande déception parce qu'il jette l'opprobre et le discrédit sur les institutions issues des élections de 2006", a réagi le porte-parole du gouvernement congolais.
   
Son but est de "peindre en noir la situation des droits de l'Homme à l'ouest (de la RDC) pour occulter ce qui se passe à l'est du pays", a-t-il assuré, s'étonnant de cette publication avant la tenue vendredi d'une session extraordinaire du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU consacrée à la RDC.
   
"Il nous paraît clair et nous pensons que la volonté de cette ONG, envers laquelle nous avions jusque là beaucoup de respect, est de convaincre les bailleurs pour bénéficier de nouveaux crédits (...)", a affirmé M. Mende.
  

Première publication : 28/11/2008

COMMENTAIRE(S)