Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

Asie - pacifique Asie - pacifique

Les Français de Chine inquiets de la brouille entre Pékin et Paris

Vidéo par Sébastien LE BELZIC

Dernière modification : 29/11/2008

Agacé par l'annonce d'une rencontre entre Nicolas Sarkozy et le dalaï-lama, Pékin a décidé de reporter sine die le sommet Chine-UE. Au grand dam des businessmen français présents en Chine qui craignent pour leurs affaires.

(AFP) Echaudée par la brouille du printemps dernier provoquée par la crise tibétaine, la communauté d'affaires française en Chine redoute une nouvelle dégradation des relations franco-chinoises après le report du sommet Union Européenne-Chine prévu en France.

"Il est encore trop tôt pour mesurer l'impact" du report du sommet, dit Christophe Bastianelli, vice-président de la Chambre de Commerce et d'industrie française à Pékin.

"Mais les entreprises sont inquiètes face à cette crise importante", souligne-t-il.

Pékin a rejeté sur la France la responsabilité du report du sommet prévu lundi à Lyon (centre-est de la France), en raison de la rencontre le 6 décembre entre le président Nicolas Sarkozy et le dalaï lama.

"En général, après un (tel) geste diplomatique, suivent toujours des difficultés" au plan économique, estime Jean-François Huchet, directeur du Centre d'études français sur la Chine contemporaine (CEFC) à Hong Kong.

"La France pourrait bien être punie. Mais tout dépendra de la réponse britannique et allemande, car cette annulation d'un sommet multilatéral est aussi une tentative de division", estime-t-il.

Cependant, pour certains, ce courroux de Pékin ne devrait pas conduire à de nouveaux appels au boycottage de produits français, comme au printemps dernier, en raison de la crise économique mondiale.

"La Chine se prépare elle-même à souffrir, il n'y aura pas de guerre économique, on ne va pas stigmatiser Carrefour, cette fois", juge l'économiste Jacques Gravereau, président de l'Institut HEC Eurasia et conseiller pour le commerce extérieur.

"Si dans les prochaines semaines les Français entrent en compétition sur de grands projets, cela risque de les affecter. Mais la Chine est plus préoccupée par ses parts de marché en Europe que par une bagarre de contrats", affirme un expert sous le couvert de l'anonymat.

"Ils ont besoin de Carrefour pour vendre leurs produits en France; il n'y aura pas de campagne contre l'enseigne", ajoute-t-il.

Le distributeur français, qui avait souffert d'une campagne de boycottage après le passage chaotique de la flamme olympique à Paris, adopte, lui, une position de prudence.

"On ne peut pas encore mesurer l'impact", répond Eric Legros, PDG de Carrefour Chine.

De son côté, la Chambre de commerce européenne à Pékin a évoqué "une occasion perdue", exprimant sa "déception qu'en ces temps de tourmente financière internationale et de ralentissement économique, (Pékin) ait décidé de reporter le sommet".

Aucun gros contrat n'était attendu à l'occasion de ce sommet, selon des sources industrielles, mais, pour Jacques Gravereau, "l'important c'est ce qu'on y dit en marge".

"C'est une occasion de voir des gens du même "club de business". Ça fait partie du road-show des grandes entreprises", explique-t-il.

L'avionneur européen Airbus a démenti qu'il ait été question de conclure ou négocier une nouvelle commande, reconnaissant simplement des délais dans la finalisation d'une commande de 150 avions signée en novembre 2007 à l'occasion d'une visite de Nicolas Sarkozy à Pékin.

Selon l'expert occidental, "il n'y avait pas de "paquet" prévu, ni dans l'aéronautique, ni dans le nucléaire, ni dans le ferroviaire".

"Certains contrats auraient pu être annoncés mais sont déjà signés ou sur le point de l'être. Ça se passe entre gens du privé, qui signeront donc, mais hors caméras", poursuit-il.

Pékin, de son côté, a refusé de se prononcer sur l'avenir des relations économiques bilatérales.

"La France a des intérêts majeurs en Chine. A elle de répondre à cette question", a lancé Qin Gang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
 

Première publication : 28/11/2008

COMMENTAIRE(S)