Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

L'Inde voit l'ombre du Pakistan sur les attentats

Vidéo par Anne-Isabelle MABIN

Dernière modification : 29/11/2008

Le chef de la diplomatie indienne (photo) accuse des "éléments au Pakistan" d'être responsables des attentats de Bombay. Islamabad nie toute implication. Et s'apprête à envoyer son chef des renseignements afin qu'il aide les enquêteurs indiens.

Retrouvez l'émission À la une : "Bombay, la piste pakistanaise ?" en cliquant ici.

 

 

 

AFP - Le chef des services de renseignements pakistanais va se rendre en Inde pour aider à l'enquête au moment où New Delhi accuse des "éléments" de son voisin et éternel rival d'être responsables des attaques de Bombay, a annoncé vendredi le porte-parole du Premier ministre.
   
Le général Ahmed Shuja Pasha, qui dirige le puissant Inter-Services Intelligence (ISI), va quitter rapidement Islamabad pour aller partager les informations dont il dispose avec les responsables de l'enquête en Inde, a annoncé à l'AFP Zahid Bashir, porte-parole du Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani.
   
Cette visite a été décidée sur la requête du Premier ministre indien Manmohan Singh, a-t-il ajouté.
   
Il s'agit d'une démarche totalement inédite entre les deux pays dans le cadre d'une enquête sur des attentats, les deux "frères-ennemis" de l'Asie du sud, qui se sont affrontés dans trois guerres depuis leur création en 1947, accusant régulièrement leurs services de renseignements respectifs de tentatives de déstabilisation.
   
"Le Premier ministre (indien) Manmohan Singh a demandé à notre Premier ministre d'envoyer en Inde le chef de l'ISI pour aider à l'enquête et pour partager des renseignements", a expliqué M. Bashir.
   
M. Gilani "a accepté et assuré que les deux gouvernements devaient se mettre d'accord sur les modalités de l'arrivée, au plus tôt, du chef de l'ISI en Inde", a-t-il conclu.
   
Auparavant, M. Gilani avait de nouveau "condamné fermement" les attaques terroristes à Bombay dans un appel téléphonique avec son homologue indien.
   
New Delhi a insisté sur des liens présumés des assaillants avec le Pakistan, pourtant lui aussi victime d'une vague d'attentats islamistes qui ont tué près de 1.500 personnes en 16 mois.
   
Le ministre indien des Affaires étrangères Pranab Mukherjee a affirmé vendredi que des "éléments" au Pakistan étaient responsables des attaques menées par des islamistes à Bombay. La preuve soutenant cette accusation "ne peut pas être divulguée pour le moment", a-t-il ajouté.
   
Le Premier ministre indien avait menacé la veille les "pays voisins" -- sans les nommer toutefois -- de représailles s'ils continuaient à abriter les auteurs des attaques en Inde, dans une allusion à peine voilée au Pakistan.
   
A chaque attentat perpétré sur son territoire, l'Inde accuse presque systématiquement son grand rival dans la région de soutenir, sinon de manipuler, les groupes fondamentalistes musulmans qui en sont les auteurs. Le Pakistan dément toujours et accuse en retour l'Inde de vouloir "déstabiliser" Islamabad.
   
Depuis 2004, les deux Etats, qui disposent de l'arme nucléaire, sont engagés dans un laborieux processus de paix. C'est dans ce cadre d'ailleurs que le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, se trouvait pour des pourparlers à New Delhi au moment des attaques.
  

Première publication : 28/11/2008

COMMENTAIRE(S)