Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

Une mosquée chiite visée par un attentat-suicide

Dernière modification : 29/11/2008

Neuf personnes ont été tuées et quinze autres blessées lors d'un attentat-suicide visant une mosquée chiite de la ville de Moussayeb (sud de Bagdad), où quelque 300 fidèles, proches du leader radical Moqtada al-Sadr, s'étaient réunis.

AFP - Huit fidèles et une mendiante ont été tués et quinze autres personnes blessées dans un attentat suicide vendredi contre un lieu de prière chiite à Moussayeb, à 80 km au sud de Bagdad, selon la police.
   
Un homme a détoné la ceinture d'explosifs qu'il portait sur lui vers 12H00 (09H00 GMT), juste avant le début de la prière, a précisé le lieutenant de police Kazem al Chamari. La déflagration a causé d'importants dommages à ce lieu de culte, le plus grand de la ville, qui accueillait 300 fidèles proches du chef radical chiite Moqtada Sadr.
   
Il s'agit du second attentat en trois ans contre ce lieu de prière. En juillet 2005, 71 personnes avaient été tuées et plus de 156 blessées lorsqu'un kamikaze s'était fait exploser devant un camion citerne transportant du gaz, près de cette mosquée qui avait été sérieusement endommagée.
   
L'explosion de vendredi intervient au lendemain de l'adoption par le Parlement de l'accord de sécurité avec les Etats-Unis qui prévoit que les soldats américains se retireront d'Irak dans les trois ans à venir.
   
Par ailleurs, le chef radical chiite Moqtada Sadr a décrété vendredi trois jours de deuil dans l'ensemble de l'Irak pour exprimer son refus de l'accord.
   
Selon un communiqué officiel de son bureau dans la ville sainte de Najaf, Moqtada Sadr a appelé ses partisans "à mettre partout des drapeaux noirs, organiser durant trois jours des cérémonies de condoléances dans tout le pays et manifester pacifiquement".
   
Lors d'une conférence de presse, un proche collaborateur de Moqtada Sadr, Aws al-Khafaji, a ajouté: "Nous persistons dans notre refus de cet accord humiliant et nous allons résister par tous les moyens".
   
Jeudi, lors de la lecture du texte de l'accord, les députés du mouvement sadriste avaient scandé : "Non à l'occupation! Oui à l'Irak", brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Non à l'accord".

Première publication : 28/11/2008

COMMENTAIRE(S)