Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les combats ont pris fin, le bilan s'alourdit

Vidéo par Audrey RACINE

Dernière modification : 29/11/2008

La police de Bombay a annoncé la fin des opérations après avoir abattu les derniers islamistes retranchés dans l'hôtel Taj Mahal samedi matin. Un nouveau bilan fait état d'au moins 195 morts et 295 blessés.

Lire aussi notre dossier sur les attentats de Bombay en cliquant ici.


Également : Arrivée à Paris d'un avion transportant 77 rescapés.  

 

Et notre analyse : "Pourquoi la police a été prise au dépourvu".

 
AFP - Des commandos indiens ont abattu samedi trois islamistes encore présents dans l'hôtel Taj Mahal de Bombay, dans l'assaut final visant à reprendre le contrôle de l'hôtel et qui a mis un terme aux attaques lancées mercredi soir, a indiqué la police.
  
"Nous avons dit qu'il y avait trois terroristes...et nous avons trois corps", a déclaré J.K. Dutt, chef de la Garde nationale indienne, à des journalistes à l'extérieur de l'hôtel.
  
"Nous avançons chambre par chambre pour vérifier que la situation est sûre", a-t-il ajouté, appelant les derniers clients se cachant encore dans l'hôtel à se manifester.
  
Peu avant, le chef de la police a indiqué que tous les extrémistes islamistes encore retranchés dans l'hôtel Taj Mahal de Bombay avaient été tués, en annonçant la fin de l'opération.
  
"Toutes les opérations sont terminées. Tous les terroristes ont été tués", a déclaré Hassan Gafoor plus de deux jours après le déclenchement des attaques coordonnées contre plusieurs cibles de la capitale économique indienne qui ont fait 195 morts.
  
Les clients "doivent ouvrir leurs rideaux pour que les forces de sécurité puissent voir à l'intérieur des chambres et vérifier qu'il n'y a plus que des clients et pas de terroristes", a ajouté M. Dutt.
  
Selon M. Dutt, des "petites explosions" pourraient être entendues pendant que les commandos mènent leur opération de sécurisation de l'hôtel étage par étage.
  
Les troupes d'élite indiennes étaient intervenues vendredi dans un immeuble abritant un Centre religieux juif de la secte ultra-orthodoxe Chabad-Loubavith et y avaient tué deux hommes armés. Ils avaient également découvert cinq morts, dont un rabbin et sa femme, de nationalité américaine.
  
La police avait par ailleurs annoncé vendredi soir la fin des opérations à l'Oberoi/Trident, un autre hôtel de prestige occupé par les islamistes.
  
Le magnat indien de l'industrie, Ratan Tata, président du groupe Tata, propriétaire de la chaîne d'hôtels Taj, a effectué samedi une visite du complexe hôtelier afin d'évaluer les importants dégâts causés par trois nuits d'attaques et des incendies en série.
  
Des images de télévision, prises à l'intérieur de l'hôtel, ont montré la salle de restaurant du rez de chaussée ravagée par le feu, les fenêtres détruites et le sol recouvert d'un épais tapis de vert.
  
Des traces de balles étaient visibles sur les murs tandis que les vitrines des boutiques de l'hôtel ont volé en éclat, selon les images.
  
Le Taj Mahal, établissement hôtelier prestigieux et historique, était le dernier endroit où étaient encore retranchés des assaillants, près de 60 heures après le déclenchement des attaques.
  
L'hôtel Taj Mahal, palace construit il y a 105 ans grâce aux fonds de l'industriel indien Jamsetji Nusserwanji Tata, compte 565 chambres et 46 suites et a accueilli notamment la reine Elizabeth II et l'ancien président égyptien Gamal Abdel Nasser.

Première publication : 29/11/2008

COMMENTAIRE(S)