Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : à Rafah, les habitants sont pris au piège

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Afrique Afrique

Quatre suspects écroués pour le meurtre du fils d'Idriss Deby

©

Dernière modification : 29/11/2008

Quatre personnes, soupçonnées d'être mêlées à la mort du fils du président tchadien Idriss Deby en juillet 2007, ont été mises en examen pour meurtre et placées en détention provisoire. La police privilégie la piste du crime crapuleux.

(AFP) - Les quatre personnes interpellées mercredi et jeudi à Paris et en région parisienne dans l'enquête sur le meurtre en juillet 2007 du fils aîné du président tchadien Idriss Deby ont été mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire, a indiqué samedi le procureur de Nanterre, Philippe Courroye.
   
Le juge d'instruction les a mis en examen, pour "meurtre en bande organisée et vol avec arme en bande organisée", a ajouté Philippe Courroye. Ils ont été placés dans quatre maisons d'arrêt différentes, "compte tenu de la nature des faits et de leurs versions différentes: deux reconnaissent leur participation, un conteste, et un ne dit rien".
   
Un cinquième homme suspecté d'être impliqué dans le meurtre et interpellé en Roumanie a été placé sous écrou extraditionnel, a-t-il précisé. Il devrait être transféré prochainement vers la France.
   
Le parquet avait requis la détention pour les quatre suspects, âgés de 26 à 29 ans, selon une source judiciaire.
   
Vendredi, une source proche de l'enquête avait précisé que le crime crapuleux était l'hypothèse privilégiée par les enquêteurs.
   
Le 2 juillet 2007 vers 07H00, Brahim Deby, 27 ans, fils aîné du président tchadien Idriss Deby Itno, avait été retrouvé asphyxié dans le parking de son immeuble à Courbevoie (Hauts-de-Seine), le corps recouvert de poudre d'extincteur. Les expertises toxicologiques avaient confirmé la présence de poudre d'extincteur dans son organisme, à l'origine de l'asphyxie.
   
Connu des services de police français, entre autres pour des affaires de stupéfiants, Brahim Deby avait été condamné en juin 2006 à six mois de prison avec sursis pour "port d'arme" et "détention" de drogue par le tribunal correctionnel de Paris.

Première publication : 29/11/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)