Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Afrique Afrique

Quatre suspects écroués pour le meurtre du fils d'Idriss Deby

Dernière modification : 29/11/2008

Quatre personnes, soupçonnées d'être mêlées à la mort du fils du président tchadien Idriss Deby en juillet 2007, ont été mises en examen pour meurtre et placées en détention provisoire. La police privilégie la piste du crime crapuleux.

(AFP) - Les quatre personnes interpellées mercredi et jeudi à Paris et en région parisienne dans l'enquête sur le meurtre en juillet 2007 du fils aîné du président tchadien Idriss Deby ont été mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire, a indiqué samedi le procureur de Nanterre, Philippe Courroye.
   
Le juge d'instruction les a mis en examen, pour "meurtre en bande organisée et vol avec arme en bande organisée", a ajouté Philippe Courroye. Ils ont été placés dans quatre maisons d'arrêt différentes, "compte tenu de la nature des faits et de leurs versions différentes: deux reconnaissent leur participation, un conteste, et un ne dit rien".
   
Un cinquième homme suspecté d'être impliqué dans le meurtre et interpellé en Roumanie a été placé sous écrou extraditionnel, a-t-il précisé. Il devrait être transféré prochainement vers la France.
   
Le parquet avait requis la détention pour les quatre suspects, âgés de 26 à 29 ans, selon une source judiciaire.
   
Vendredi, une source proche de l'enquête avait précisé que le crime crapuleux était l'hypothèse privilégiée par les enquêteurs.
   
Le 2 juillet 2007 vers 07H00, Brahim Deby, 27 ans, fils aîné du président tchadien Idriss Deby Itno, avait été retrouvé asphyxié dans le parking de son immeuble à Courbevoie (Hauts-de-Seine), le corps recouvert de poudre d'extincteur. Les expertises toxicologiques avaient confirmé la présence de poudre d'extincteur dans son organisme, à l'origine de l'asphyxie.
   
Connu des services de police français, entre autres pour des affaires de stupéfiants, Brahim Deby avait été condamné en juin 2006 à six mois de prison avec sursis pour "port d'arme" et "détention" de drogue par le tribunal correctionnel de Paris.

Première publication : 29/11/2008

COMMENTAIRE(S)