Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

EUROPE

Les élections législatives s'annoncent serrées

Vidéo par Sanda NICOLA , Mirel BRAN

Dernière modification : 30/11/2008

À la veille des élections législatives, le leader de parti social démocrate, Mircea Geoana ne doute pas de la victoire et espère accéder au poste de Premier ministre. Selon les sondages, aucun parti ne devrait obtenir de majorité nette.

AFP - Quelque 18 millions de Roumains sont attendus aux urnes dimanche pour des élections législatives marquées par un duel serré entre la gauche social-démocrate (PSD) et la droite démocrate-libérale (PDL), après une campagne dominée par la crise économique.

Tous les deux en opposition, le PSD et le PDL dont est issu le président Traian Basescu sont crédités chacun de 32% à 35% des intentions de vote, soit un score insuffisant pour former la majorité "solide" prônée par le chef de l'Etat.

Le Parti national libéral (PNL, au pouvoir) du Premier ministre Calin Tariceanu devrait quant à lui obtenir environ 20% des voix, devenant ainsi un élément incontournable dans la négociation de toute alliance.

Seule autre formation quasiment assurée de dépasser la barre des 5% pour entrer au Parlement, l'Union démocratique des Magyars (UDMR, alliée au gouvernement), qui a toujours su jouer de sa position pour figurer dans chacun des gouvernements depuis 1996.

En revanche, le Parti de la Grande Roumanie (PRM, extrême droite), dont le déclin fut confirmé aux dernières municipales, pourrait rester pour la première fois sur le parvis du Parlement.

Si les trois principaux partis ont chacun désigné un candidat au poste de Premier ministre, le choix appartiendra au président Basescu, qui a affirmé que "personne ne pourra (lui) imposer le nom" du futur chef du gouvernement.

Sixièmes législatives depuis la chute du régime communiste, en 1989, ces élections se déroulent selon un nouveau mode de scrutin sur un tour, combinant le vote uninominal avec celui de liste.

Toutefois, quel que soit le gagnant, il ne bénéficiera pas de lune de miel, alors que la crise économique commence à sévir et que plusieurs conflits sociaux, mis en sourdine pendant la campagne, risquent d'éclater dès janvier.

Le bureaux de vote ouvrent à 07H00 (05H00 GMT) et ferment à 21H00. Des sondages sortie des urnes seront diffusés aussitôt après la clôture du scrutin, alors que les premiers résultats partiels devraient être publiés lundi matin par le Bureau électoral central (BEC).
 

Première publication : 30/11/2008

COMMENTAIRE(S)