Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Je veux une écologie constructive"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Larry Clark, rencontre avec l’enfant terrible du cinéma américain

En savoir plus

FOCUS

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Xi Jinping ouvre le Forum de Davos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Adama Barrow attend son investiture au Sénégal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweeter or not ? Telle est la question !

En savoir plus

Le ministre indien de l'Intérieur présente sa démission

Vidéo par Julien FANCIULLI

Dernière modification : 01/12/2008

Le ministre indien de l'Intérieur, Shivraj Patil, a présenté sa démission ce dimanche, après les attaques de Bombay. Elle a été suivie par celle du conseiller à la Sécurité nationale, M.K. Narayanan.

Retrouvez l'émission À la une : "Bombay, la piste pakistanaise ?" en cliquant ici.


Lire aussi : "Après la douleur, la colère et la stupeur"


(AFP) - Le ministre indien de l'Intérieur, Shivraj Patil, a démissionné dimanche, indiquant qu'il se sentait dans l'obligation d'assumer la "responsabilité morale" après les attaques d'islamistes à Bombay, selon une source gouvernementale.
  
M. Patil, largement critiqué dans les médias pour n'avoir pas pu assurer la sécurité intérieure, a donné sa démission au Premier ministre Manmohan Singh, "assumant la responsabilité morale" pour les attaques qui ont fait près de 200 morts, a indiqué à l'AFP une source au ministère de l'Intérieur.
  
La démission du ministre de l'Intérieur intervient au lendemain d'une réunion des instances dirigeantes du Parti du Congrès au pouvoir.
  
Le ministre a indiqué lors de cette réunion qu'il était prêt à se retirer si cela pouvait contribuer à faire retomber la pression qui pèse sur le gouvernement, a indiqué l'agence indienne Press Trust of India (PTI).
  
Avant même les attaques de Bombay, qui ont fait près de 200 morts, des appels à la démission de M. Patil avaient été lancés à la suite des attentats de New Delhi en septembre et dans l'Etat de l'Assam, au nord-est du pays, en octobre.
 

Première publication : 30/11/2008

COMMENTAIRE(S)