Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Retour sur le palmarès du Festival de Cannes

En savoir plus

FOCUS

Migrants en Asie du Sud-Est : la traque des trafiquants en Thaïlande

En savoir plus

FACE À FACE

Failles et dysfonctionnements dans la protection du président Hollande

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Cisjordanie : le village de Nabi Saleh face à l'occupation

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations, Paris suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : où en est la transition politique ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : où en est la transition politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Câblo-distribution : consolidation du secteur aux États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Rififi à la FIFA"

En savoir plus

Le ministre indien de l'Intérieur présente sa démission

Vidéo par Julien FANCIULLI

Dernière modification : 01/12/2008

Le ministre indien de l'Intérieur, Shivraj Patil, a présenté sa démission ce dimanche, après les attaques de Bombay. Elle a été suivie par celle du conseiller à la Sécurité nationale, M.K. Narayanan.

Retrouvez l'émission À la une : "Bombay, la piste pakistanaise ?" en cliquant ici.


Lire aussi : "Après la douleur, la colère et la stupeur"


(AFP) - Le ministre indien de l'Intérieur, Shivraj Patil, a démissionné dimanche, indiquant qu'il se sentait dans l'obligation d'assumer la "responsabilité morale" après les attaques d'islamistes à Bombay, selon une source gouvernementale.
  
M. Patil, largement critiqué dans les médias pour n'avoir pas pu assurer la sécurité intérieure, a donné sa démission au Premier ministre Manmohan Singh, "assumant la responsabilité morale" pour les attaques qui ont fait près de 200 morts, a indiqué à l'AFP une source au ministère de l'Intérieur.
  
La démission du ministre de l'Intérieur intervient au lendemain d'une réunion des instances dirigeantes du Parti du Congrès au pouvoir.
  
Le ministre a indiqué lors de cette réunion qu'il était prêt à se retirer si cela pouvait contribuer à faire retomber la pression qui pèse sur le gouvernement, a indiqué l'agence indienne Press Trust of India (PTI).
  
Avant même les attaques de Bombay, qui ont fait près de 200 morts, des appels à la démission de M. Patil avaient été lancés à la suite des attentats de New Delhi en septembre et dans l'Etat de l'Assam, au nord-est du pays, en octobre.
 

Première publication : 30/11/2008

COMMENTAIRE(S)