Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

Asie - pacifique

Risques de confrontation directe entre les deux camps

Vidéo par Cyril PAYEN

Texte par Cyril PAYEN

Dernière modification : 01/12/2008

Des milliers de partisans du gouvernement thaïlandais se sont rassemblés dans le centre de Bangkok. Ils dénoncent le "coup d'État déguisé" des opposants qui bloquent depuis plusieurs jours les deux aéroports de la capitale.

"On attend des forces de l’ordre qu’elles lancent l’assaut pour chasser les manifestants des aéroports et que l’on puisse rentrer chez nous. Pas qu’on nous envoie des danseuses pour nous faire passer le temps."
 
Ce commentaire, recueilli auprès d’un touriste occidental bloqué devant l’aéroport militaire de U-Tapao, à cent quantre-vingt kilomètres de Bangkok, en dit long sur la colère et la frustration des vacanciers, pris au piège de la confusion politique thaïlandaise. Et tant pis pour le corps de danse thaïlandaise, dépêché sur place par une chaîne hotelière.

  

Si quelques rotations organisées par les principales compagnies aériennes ont pu reprendre, elles sont loin de répondre à la demande de la foule qui se presse pour quitter le pays. "C’est la première fois que je viens en Thaïlande, dit un touriste britannique, et je crois bien que cela sera la dernière."

 
 
L'économie thaïlandaise est totalement paralysée

 
Pas moins d’un million de Thaïlandais travaillant dans l’industrie touristique risquent de perdre leur emploi. Des centaines d’usines et d’entreprises prévoient de fermer dans les prochains jours, et les milieux d’affaires ont menacé, ce week-end, de ne plus s’acquitter de leurs taxes si le gouvernement n’intervenait pas fermement pour mettre un terme à la crise.

 

La Thaïlande s’enfonce dans l’anarchie et la loi martiale n’y fait rien : personne ne fait le premier pas pour contrer les manifestants anti-gouvernmentaux.

 
 

Réunion de crise des pro-gouvernementaux à Bangkok

Seule option : les mouvements pro-gouvernementaux, largement accusés d’être à l’origine des dernières attaques à la grenade contre l’Alliance du Peuple pour la Démocratie. Des milliers d’entre-eux se sont réunis dimanche soir en plein cœur de Bangkok, promettant d’en découdre avec leurs ennemis et, même, d’aller les déloger de l’aéroport, si la "police de se décidait pas à faire son travail."

 

Les risques de confrontation directe entre les deux camps semblent de plus en plus inévitables, d’autant plus que la Cour constitutionnelle doit rendre, ce mardi, un verdict à haut risque après des accusations de fraudes électorales impliquant le parti majoritaire au Parlement.
 
Des accusations qui pourraient conduire à une disqualification des membres du gouvernement ainsi que du Premier ministre lui-même.

Première publication : 30/11/2008

COMMENTAIRE(S)