Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Asie - pacifique

Des dizaines de milliers de touristes bloqués à Bangkok

Vidéo par Aurore DUPUIS

Texte par Cyril PAYEN , Correspondant à Bangkok

Dernière modification : 02/12/2008

Un jugement de la Cour constitutionnelle thaïlandaise attendu ce mardi, pourrait signifier la fin de l'actuel gouvernement. Il y a quelques heures, l’aéroport de Bangkok a été visé par un attentat. Bilan provisoire : un mort et 20 blessés.

Retrouvez aussi le témoignage d'une touriste française bloquée à l'aéroport de Bangkok en cliquant ici.

 

 

AFP - Les opposants thaïlandais ont évacué lundi le siège du gouvernement qu'ils occupaient depuis plus de trois mois, affirmant vouloir renforcer le blocus des aéroports de Bangkok qui a déjà empêché environ 350.000 passagers de quitter le royaume depuis près d'une semaine.
   
Quelques heures après cette évacuation, tôt mardi matin, une personne a été tuée et vingt manifestants qui occupaient l'aéroport national de Bangkok ont été blessés par l'explosion d'une bombe tôt mardi matin, a annoncé le site internet du journal La Nation, citant des sources hospitalières.
  
L'attentat à l'aéroport Don Mueang est survenu quelques heures après que l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD), qui regroupe des opposants au gouvernement du Premier ministre Somchai Wongsawat, eut mis fin à trois mois de blocus du siège du gouvernement.
  
De premières informations avaient fait état de six blessés: "Il y a eu un attentat à la bombe à Don Mueang juste après minuit (17Hh00 GMT). Les premières informations font état de six blessés", avait déclaré un porte-parole des services de sécurité.
  
Le site de La Nation n'a pu immédiatement préciser si la personne tuée dans l'attentat faisait partie des manifestants.

 

Les manifestants ont déclaré qu'ils quittaient le siège du gouvernement en raison des récentes attaques à la grenade dont ils ont été la cible sur le complexe abritant les bureaux du Premier ministre et qui ont fait deux morts et des dizaines de blessés dans leurs rangs.

   
"Nous allons nous rendre aux aéroports de Don Mueang et Suvarnabhumi", a annoncé à l'AFP une porte-parole de l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD), Anchalee Paireerak. La PAD regroupe des opposants au gouvernement du Premier ministre Somchai Wongsawat, retranché dans son fief électoral de Chiang Mai (700 km au nord de Bangkok) en raison des troubles.
   
Le campement établi le 26 août par les opposants avait forcé M. Somchai à aménager en septembre des bureaux temporaires à l'aéroport de Don Mueang (vols intérieurs).
   
Les manifestants antigouvernementaux se distinguent généralement par des tee-shirts et des chemises de couleur jaune, en signe d'allégeance au roi.
   
La PAD avait commencé mardi dernier à occuper les aéroports civils de Bangkok, ce qui avait entraîné leur fermeture et constitué une escalade majeure dans la crise thaïlandaise qui dure depuis des mois.
   
Alors que la PAD annonçait son repli stratégique, environ un millier de partisans du gouvernement sont restés mobilisés devant le siège de l'administration métropolitaine de Bangkok. La veille, ils avaient été 15.000, vêtus de rouge, à entamer un rassemblement à cet endroit, selon la police.
   
Le "camp des rouges" pourrait décider de manifester mardi devant la Cour constitutionnelle qui doit boucler un dossier susceptible d'aboutir à la dissolution du parti au pouvoir et de deux formations alliées pour fraude électorale.
   
La police a sollicité l'assistance de l'armée pour prévenir toute obstruction de l'audience de mardi, a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée, le colonel Sunsern Kaewkumnerd.
   
Redoutant un verdict négatif de la cour, les partisans du gouvernement ont d'ores et déjà mis en garde contre cet éventuel "coup d'Etat déguisé" qui pourrait pousser M. Somchai vers la sortie.
   
Somchai Wongsawat est le beau-frère de l'ancien homme fort de la Thaïlande Thaksin Shinawatra, renversé par l'armée en septembre 2006 à la suite d'accusations de corruption.
   
Les lieutenants de M. Thaksin sont revenus au pouvoir à la faveur d'élections législatives en décembre 2007 qui ont mis fin à 15 mois d'administration militaire. Les plaintes pour fraude sur lesquelles la Cour constitutionnelle doit se pencher cette semaine concernent ce scrutin.
   
La Thaïlande s'enfonce depuis le printemps dans une crise politique qui a pris une tournure violente ces dernières semaines après une série d'affrontements qui ont fait au total six morts et plusieurs centaines de blessés depuis la fin août.
   
Le tourisme a particulièrement pâti de la crise et le blocus des aéroports a entraîné des pertes qui se chiffrent en milliards de dollars.
   
Environ 350.000 passagers, touristes étrangers ou Thaïlandais, n'ont pu quitter la Thaïlande depuis mardi dernier, selon le ministère du Tourisme.
   
Des compagnies aériennes et des gouvernements étrangers organisent depuis quelques jours des évacuations depuis une base militaire à 190 kilomètres au sud-est de Bangkok et depuis les petits aéroports internationaux de Phuket (sud) et Chiang Mai (nord).
   
Plus de 1.600 Français sont en attente d'un départ "dans les prochains jours", a dit lundi l'ambassade de France à Bangkok, assaillie de plaintes et de requêtes.
   
La direction d'Air France a indiqué que près de 800 touristes, dont de "nombreux Français", allaient pouvoir quitter la Thaïlande à partir de Phuket lundi et mardi à bord de deux vols des compagnies KLM et Air France.

Première publication : 01/12/2008

COMMENTAIRE(S)