Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

EUROPE

Venise submergée par les intempéries

Dernière modification : 01/12/2008

La quasi intégralité de la ville de Venise est sous les eaux, suite aux fortes intempéries qui ont frappé le sud de l'Europe ces derniers jours. Le niveau de la mer Adriatique a atteint 1 mètre 56, un record depuis 22 ans dans la lagune.

Reuters - Plus de 99% de la ville-musée de Venise était lundi sous les eaux en raison de fortes pluies et de bourrasques de vent qui ont provoqué une montée des eaux de la mer à un niveau jamais atteint depuis 22 ans.

Les services de "vaporetto" et de bateaux taxis sur les caneaux ont été suspendus, le maire de Cité des doges ayant prié ses administrés de rester chez eux.
 
Seuls les touristes se sont risqués dans les rues en sautillant sur les passerelles surélevées permettant de circuler au-dessus de l'eau.
 
Selon le Centre des marées, qui prédit la montée des eaux, le niveau de la mer Adriatique a atteint 1m56 - du jamais vu depuis 1986. C'est le quatrième plus haut enregistré depuis le siècle dernier. Dans les quartiers de la basse-ville, comme la place Saint-Marc, les touristes en sont réduits à patauger dans l'eau jusqu'aux cuisses.
 
"Ces hautes eaux sont un phénomène tout à fait exceptionnel. Ne vous aventurez-pas dehors, sauf nécessité absolue !", a conseillé le maire de la cité lagunaire, Massimo Cacciari, cité par l'agence de presse Ansa.
 
Le maire a toutefois précisé que la municipalité ne demanderait pas à être déclarée zone sinistrée étant donné qu'il n'y a pas eu jusqu'ici mort d'homme ou écroulement de bâtiments.
 
Venise, une ville bâtie au XVIe siècle sur des terrains marécageux et traversée d'une forêt de canaux, connaît périodiquement des inondations provoquées par des hautes marées.
 
En 1966, la ville avait été submergée par une forte marée, qui avait détruit 5.000 foyers.

Les pouvoirs publics ont lancé un vaste chantier de construction d'un barrage anti-inondations pour empêcher que la montée des eaux ne finisse par engloutir un jour la Sérénissime.
 
Lundi, le ministre italien des Infrastructures a promis de débloquer 800 millions d'euros en 2009 pour ce projet, d'un coût total de 4,13 milliards d'euros.
 

Première publication : 01/12/2008

COMMENTAIRE(S)