Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

EUROPE

Zapatero accueille chaleureusement Martine Aubry

Texte par Adeline PERCEPT , Correspondante à Madrid

Dernière modification : 02/12/2008

Pour son premier déplacement à l'étranger en qualité de première secrétaire du PS français, Martine Aubry a été invitée au Conseil du Parti socialiste européen, organisé à Madrid, et accueilli par Zapatero.

Sur la photo de famille de la trentaine de leaders européens réunis à Madrid pour le Conseil du PES (Parti socialiste européen), la nouvelle secrétaire du PS Martine Aubry apparaît juste à côté de l'hôte, le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero. Devant les caméras, ils affichent leur complicité : sourires, œillades amicales, la première secrétaire s'adresse à lui en Français, et le tutoie.

 

En Espagne, Martine Aubry est moins connue que Ségolène Royal, qui jouit de son statut d'ancienne candidate à la présidentielle. Nouveau personnage politique sur la scène internationale, elle suscite la curiosité de l'opinion. Dans les couloirs de l'Hôtel Auditorium, où a lieu le rassemblement, Rosa Sivianes, l'une des responsables de la communication du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol), échange avec ses homologues français : "Tout les médias veulent la voir : Cadena Ser, Radio nacional de Espana, El Pais, El Mundo… Tu peux transmettre leurs demandes ?"

 
Aubry fait figure de nouveau personnage, par rapport à Royal

 
"Félicitations, Martine", lance le numéro deux du PSOE, José Blanco, dans son discours inaugural : "Nous t'apportons tout notre soutien pour remettre le Parti socialiste français en ordre de marche." Si l'accueil du Président du gouvernement espagnol est chaleureux, c'est aussi parce que les deux leaders ont des points communs.

 

Lorsque Zapatero a pris les commandes du Parti socialiste espagnol avant son élection à la présidence du gouvernement en mars 2004, lui aussi s'est retrouvé propulsé au sommet d'un parti extrêmement divisé. Par ailleurs, pendant la campagne présidentielle de 2007, il s'est fait un soutien plutôt discret de Ségolène Royal, pourtant surnommée "Zapatera".

 
Premier déplacement de la première secrétaire française

 
Pour ce premier déplacement en tant que première secrétaire, Martine Aubry adopte de son côté une ligne politique encline à séduire ses collègues espagnols.
  
Résolument tournée vers l'Europe, elle tente de gommer les mauvais souvenirs du "non" français référendum de 2005 : "Même si nous avons été divisés sur la façon d'aller vers l'Europe que nous souhaitions, nous sommes tous des Européens", explique-t-elle dans une interview à France 24. "Nous devons nous mettre au travail, car ces dernières années, le parti n'a pas été assez mobilisé sur ce combat pour l'Europe."

Première publication : 01/12/2008

COMMENTAIRE(S)