Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ceci est mon corps"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Boujnah, directeur banque et marché, France & Bénélux, Banco Santander

En savoir plus

SUR LE NET

Crash du vol MH17 : attention aux arnaques en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Compatriotes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manifestations: les dangers de l'interdiction

En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les séparatistes ukrainiens ont remis les boîtes noires à la Malaisie

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

  • Les chrétiens fuient Mossoul, "un crime contre l'humanité" selon l'ONU

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne tente de reprendre le contrôle de Donetsk

    En savoir plus

  • Didier Drogba tout proche d’un retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cette presse égyptienne qui soutient Israël contre le Hamas

    En savoir plus

Afrique Afrique

Des ONG portent plainte contre trois chefs d'État africains

Dernière modification : 02/12/2008

Deux ONG ont déposé une plainte pour possession en France de biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Sont visés : Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazza), Omar Bongo Ondimba (Gabon) et Teodoro Obiang (Guinée équatoriale) .

AFP - Deux ONG ont déposé mardi une nouvelle plainte contre X visant trois chefs d'Etat africains, dont le Gabonais Omar Bongo, qu'ils accusent de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris de source judiciaire.
  
Déposée par Transparence International France (TI), Sherpa et un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile vise les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités, a affirmé à l'AFP leur avocat, Me William Bourdon.
  
Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo Ondimba et Teodoro Obiang (Guinée Equatoriale) ainsi que des membres de leur entourage", affirment les deux organisations non gouvernementales dans un communiqué commun.
  
"Il n'y a aucun doute sur le fait que ce patrimoine n'a pu être constitué grâce aux seuls salaires et émoluments de ces chefs d'Etat au sujet desquels il existe de sérieuses présomptions de détournements de fonds publics", ajoutent-elles.
  
Sollicité par l'AFP, l'avocat de M. Bongo, Me François Meyer, n'était pas joignable dans l'immédiat. Lors du dépôt de la deuxième plainte, il avait nié tout détournement de fonds publics.
  
L'ONG TI est spécialisée dans la lutte contre la corruption tandis que Sherpa, une association de juristes, promeut notamment la responsabilité sociale des entreprises.
  
Ces deux ONG n'en sont pas à leur première tentative pour ouvrir une enquête sur les faits qu'elles dénoncent. Une première plainte, déposée en mars 2007, avait conduit à l'ouverture d'une enquête préliminaire, le parquet considérant que les investigations n'avaient "pas permis de mettre en évidence des infractions pénales".
  
L'enquête policière avait notamment établi, selon le quotidien Le Monde en janvier, qu'Omar Bongo Ondimba et sa famille étaient propriétaires de 33 luxueux appartements ou maisons en France, et que Denis Sassou Nguesso disposait d'au moins trois immenses logements à Paris.
  
Une nouvelle plainte a été déposée en juillet 2008 et classée sans suite en septembre pour les mêmes raisons. A la suite d'un changement de législation, les plaignants ont la possibilité après un classement sans suite de déposer une plainte avec constitution de partie civile, ce qu'ils ont fait mardi.
  
Ce type de plainte entraîne quasi-automatiquement l'ouverture d'une information judiciaire et la désignation d'un juge d'instruction dès lors que l'intérêt à agir des plaignants est reconnu.
  
Contrairement aux précédentes plaintes, celle-ci ne vise pas les présidents Blaise Compaoré (Burkina Faso) et Eduardo dos Santos (Angola).
  
"Nous avons restreint la plainte aux éléments extrêmement probants. Nous avons des éléments contre les présidents Compaoré et dos Santos mais qui ne sont pas en l'état aussi probants", a justifié Me Bourdon.
  
"Les faits dénoncés sont par nature dissimulés et opaques", a-t-il expliqué.

Première publication : 02/12/2008

COMMENTAIRE(S)