Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

DOSSIERS

Le sida, un fléau chinois

Vidéo par Sébastien LE BELZIC

Dernière modification : 04/12/2008

Officiellement, plus de 700 000 personnes sont atteintes du sida en Chine. Malgré l'ampleur de l'épidémie, la maladie reste un sujet tabou : les séropositifs sont marginalisés et leurs enfants parfois privés d'accès à l'école.

Aujourd’hui, 700 000 personnes sont atteintes du sida dans l'ancien empire du Milieu. Mais selon les Nations unies, les malades seront dix fois plus nombreux dans deux ans. Le sujet reste tabou et la politique de prévention limitée. Les correspondants de FRANCE 24 sont allés à la rencontre de séropositifs chinois dans la province reculée du Henan, dans l’est de la Chine.


Dans cette région, des dizaines de milliers de Chinois sont déjà morts du sida. La cause : dans les années 1990, de nombreuses personnes vendaient leur sang à des hôpitaux et des laboratoires, dans des conditions sanitaires déplorables.

 

Dans le village de Zhumadian, la plupart des villageois sont morts du sida. Aujourd’hui, une petite fille de 7 ans vit avec son père. Les deux sont malades. Le père accuse le gouvernement, responsable des collectes de sang, de ne pas les aider à payer leur traitement.

 

Des villages tels que Zhumadian existent par centaines dans le pays. Et malgré quelques gestes timides, les autorités continuent à se voiler la face.

 

Première publication : 04/12/2008

COMMENTAIRE(S)