Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DOSSIERS

Le sida, un fléau chinois

Vidéo par Sébastien LE BELZIC

Dernière modification : 04/12/2008

Officiellement, plus de 700 000 personnes sont atteintes du sida en Chine. Malgré l'ampleur de l'épidémie, la maladie reste un sujet tabou : les séropositifs sont marginalisés et leurs enfants parfois privés d'accès à l'école.

Aujourd’hui, 700 000 personnes sont atteintes du sida dans l'ancien empire du Milieu. Mais selon les Nations unies, les malades seront dix fois plus nombreux dans deux ans. Le sujet reste tabou et la politique de prévention limitée. Les correspondants de FRANCE 24 sont allés à la rencontre de séropositifs chinois dans la province reculée du Henan, dans l’est de la Chine.


Dans cette région, des dizaines de milliers de Chinois sont déjà morts du sida. La cause : dans les années 1990, de nombreuses personnes vendaient leur sang à des hôpitaux et des laboratoires, dans des conditions sanitaires déplorables.

 

Dans le village de Zhumadian, la plupart des villageois sont morts du sida. Aujourd’hui, une petite fille de 7 ans vit avec son père. Les deux sont malades. Le père accuse le gouvernement, responsable des collectes de sang, de ne pas les aider à payer leur traitement.

 

Des villages tels que Zhumadian existent par centaines dans le pays. Et malgré quelques gestes timides, les autorités continuent à se voiler la face.

 

Première publication : 04/12/2008

COMMENTAIRE(S)