Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

Poutine attendra 2012 pour envisager un retour au Kremlin

Vidéo par Louise DUPONT

Dernière modification : 04/12/2008

Le Premier ministre et ancien président russe, Vladimir Poutine, exclut une élection présidentielle anticipée, d'ici à 2012. Il a précisé qu'il attendra cette date pour décider d'une éventuelle autre candidature au poste de président.

Retrouvez  l'émission Face à Face : "Poutine : un tsar est né ?" en cliquant ici.

 

 

 

AFP - Le Premier ministre Vladimir Poutine s'est tranquillement posé en leader de la Russie jeudi, tendant la main au futur président américain Barack Obama, rassurant ses concitoyens sur la crise et n'excluant pas de revenir au Kremlin en 2012.
   
"Nous nous attendons à des changements positifs (à Washington, ndlr). Il y a déjà de premiers signaux positifs", a-t-il déclaré, s'emparant d'une prérogative toute présidentielle, la politique étrangère, lors d'une séance télévisée de questions-réponses avec ses concitoyens.
   
M. Poutine a cité en exemple la décision mardi de l'Otan de reprendre son dialogue avec Moscou, quatre mois après la guerre russo-géorgienne, et de ne pas donner à l'Ukraine et à la Géorgie le statut de candidat officiel à l'entrée dans l'Alliance, une perspective qui hérisse Moscou.
   
"Si ce ne sont pas que des mots et si cela se transforme en une politique concrète, notre réaction sera adéquate et nos partenaires américains le ressentiront aussitôt", a-t-il promis, sur un ton ouvertement conciliant et inédit ces derniers mois.
   
Poursuivant une tradition instaurée lorsqu'il était au Kremlin, M. Poutine a répondu pendant plus de trois heures à 72 questions, battant symboliquement de deux minutes son record de 2007 et éclipsant une nouvelle fois le président Dmitri Medvedev, en visite officielle en Inde.
   
D'une question à l'autre, le Premier ministre et président de Russie unie, un parti omniprésent à tous les échelons de l'Etat, est apparu à l'aise, souverain, fort d'une popularité et d'une expérience inégalées.
   
"L'important, ce n'est évidemment pas le fauteuil que j'occupe mais les responsabilités que j'exerce dans le pays", a-t-il lancé, comme pour balayer les spéculations sur son prochain retour au Kremlin, réveillées par l'allongement de la durée du mandat présidentiel.
   
Après l'émission, il a exclu devant des journalistes toute élection présidentielle anticipée d'ici 2012 et vanté l'efficacité de son tandem avec le président Dmitri Medvedev.
   
"La prochaine élection présidentielle aura lieu en 2012", a-t-il lancé. "Il ne faut pas s'agiter en se demandant ce qui se passera en 2012. Qui vivra verra", a-t-il ajouté, n'excluant ainsi rien pour lui-même.
   
Tout en renvoyant la responsabilité de la crise financière mondiale sur les Etats-Unis, M. Poutine a appelé ses concitoyens à se tenir prêts à faire face aux épreuves mais a promis que les "dégâts" seraient "limités".
   
"Nous devons être, moralement, financièrement, préparés et organisés. Mais la Russie a connu d'autres problèmes, elle a plus de 1.000 ans d'Histoire", a-t-il dit.
   
Il a "espéré" que la Russie échapperait au chômage de masse, mais admis que le nombre de sans-emplois avait augmenté - il touchait 4,6 millions de personnes fin octobre, soit 6% de la population active.
   
L'inflation sera plus élevée que prévu, à environ 13% sur l'ensemble de l'année, a-t-il également averti, en se félicitant par ailleurs d'une croissance prévue de 6,8 à 6,9% en 2008 malgré "l'influence négative de la crise financière mondiale".
   
Face à la montée des inquiétudes, le Premier ministre a martelé que "tout ce que nous avons prévu dans le secteur social, tout ce qui est lié à la hausse des allocations sociales, des retraites, tout sera accompli".
   
Revenant sur les éternelles tensions gazières entre Moscou et Kiev, M. Poutine n'a pas exclu qu'elles puissent peser sur les livraisons de gaz russe vers l'Europe en cas de non paiement par l'Ukraine de sa dette gazière ou de prélèvement illégal de gaz transitant par ce pays.
   
"Nous espérons parvenir à une compréhension mutuelle avec nos partenaires et nous espérons qu'il n'y aura pas de problèmes de transit vers l'Europe occidentale", a-t-il dit.
 

Première publication : 04/12/2008

COMMENTAIRE(S)