Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

Afrique

Kinshasa va négocier avec les rebelles à Nairobi

Vidéo par Guillaume COUDERC

Dernière modification : 06/12/2008

Un ministre congolais indique que des pourparlers de paix vont se tenir lundi à Nairobi entre le gouvernement et la rébellion tutsie de Nkunda. Par ailleurs Kinshasa et Kigali ont adopté un plan militaire contre les rebelles hutu rwandais.

AFP - Le gouvernement congolais a annoncé vendredi pour la première fois une rencontre directe avec la rébellion de Laurent Nkunda, lundi à Nairobi, pour "formaliser" le cessez-le-feu dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).
   
Kinshasa a également révélé l'adoption d'un plan militaire conjoint avec le gouvernement rwandais contre les miliciens hutu rwandais présents sur le sol congolais, dont Kigali réclame le démantèlement depuis des années.
   
Des représentants du gouvernement congolais rencontreront dans la capitale kényane des délégués du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda, a déclaré le chef de la diplomatie congolaise, Alexis Thambwe Mwamba.
   
Cette rencontre se déroulera "sous les auspices du médiateur" de l'ONU, l'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo et vise à "formaliser le cessez-le-feu et discuter de la feuille de route de la paix à l'est de la RDC", a-t-il précisé.
   
Laurent Nkunda et le président congolais Joseph Kabila ne participeront pas à la réunion, selon une source diplomatique.
   
Depuis des semaines, les rebelles du CNDP exigeaient l'ouverture de négociations directes avec le gouvernement congolais. Mais Kinshasa voulait inclure dans les pourparlers l'ensemble des groupes armés actifs dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu.
   
Un premier pas avait été franchi en début de semaine, quand le gouverneur de la province du Nord-Kivu avait offert de rencontrer le leader des rebelles, quitte à aller sur son territoire.
   
La rébellion contrôle depuis des semaines une partie du Nord-Kivu, théâtre depuis la fin août de combats à grande échelle entre le CNDP et l'armée régulière.
   
Elle avait toutefois adopté unilatéralement un cessez-le-feu à la fin octobre, qui a permis le maintien d'un calme précaire. La Mission de l'ONU en RDC (Monuc) a ainsi évoqué vendredi "l'effectivité du cessez-le-feu".
   
Des affrontements sporadiques se poursuivent toutefois entre le CNDP, d'un côté, et de l'autre des milices Maï-Maï et les Hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) qui collaborent parfois sur le terrain avec l'armée congolaise.
   
Ces milices rwandaises ont fait l'objet vendredi d'un accord entre Kinshasa et Kigali lors d'une rencontre entre M. Thambwe et son homologue rwandaise Rosemary Museminali à Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu.
   
"Les deux délégations ont défini un plan d'opérations détaillé" contre les FDLR, ont déclaré les deux ministres dans un communiqué commun.
   
Selon une source diplomatique, les opérations militaires contre ces milices débuteront au 1er trimestre 2009 et seront menées conjointement par la Monuc et l'armée congolaise avec un soutien en renseignement et logistique du Rwanda.
   
L'idée est "d'éviter le déploiement de troupes rwandaises sur le sol congolais", a précisé cette source.
   
A deux reprises, en 1996-1997 et entre 1998 et 2002, le Rwanda a envoyé des troupes en RDC, justifiant ses opérations par la présence des rebelles hutu rwandais. Le Rwanda exige toujours le désarmement des FDLR, qui comptent parmi eux des auteurs du génocide tutsi au Rwanda en 1994.
   
De son côté, Kinshasa, qui nie toute coopération avec les FDLR, accuse le Rwanda de soutenir Laurent Nkunda, ce que Kigali dément.
   
Ces questions empoisonnent depuis des années les relations bilatérales, mais les pays ont renoué contact quand les combats ont repris au Nord-Kivu. M. Thambwe s'était rendu le 28 octobre à Kigali, amorçant une série de rencontres bilatérales.
   
Les deux ministres avaient affirmé vendredi vouloir poursuivre la "normalisation" de leurs relations, notamment en rouvrant les canaux de représentation diplomatique.
 

Première publication : 05/12/2008

COMMENTAIRE(S)