Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'Inde reconnaît des "défaillances" dans son système de sécurité

Vidéo par Sébastien DAGUERRESSAR

Dernière modification : 06/12/2008

Une semaine après les attentats de Bombay qui ont fait 172 morts, le ministre de l'Intérieur indien a reconnu des "défaillances" dans les renseignements et la sécurité. Le Premier ministre affirme que l'Inde n'a jamais été "autant en colère".

Retrouvez le carnet de route de Leela Jacinto, envoyée spéciale de France24.com à Bombay, en cliquant ici.


AFP -
Le nouveau ministre de l'Intérieur indien a admis vendredi des "défaillances" dans les renseignements et la sécurité du pays, dix jours après les attaques de Bombay.

"En fin de compte, il y a eu des défaillances. Nous nous penchons là-dessus et je ferai tout mon possible pour en déterminer les causes et tenter d'améliorer l'efficacité de notre système de sûreté", a déclaré à Bombay Palaniappan Chidambaram, nommé il y a quelques jours ministre de l'Intérieur.

Il a cependant refusé de dévoiler le moindre détail sur l'enquête autour des attentats islamistes qui ont fait 163 victimes --civiles et policières, parmi lesquelles 26 étrangers-- et neuf terroristes tués.

"Le travail est en cours. Beaucoup de preuves ont été rassemblées (...). Lorsque l'on disposera du tableau complet, j'espère pouvoir faire une déclaration devant le Parlement", a ajouté l'ex-ministre des Finances.

La chaîne de télévision CNN et d'autres médias américains avaient indiqué que les Etats-Unis avaient prévenu leur allié indien en octobre d'une possible attaque contre des hôtels et des bureaux à Bombay par des assaillants venus de la mer d'Arabie.

Les attentats entre les 26 et 29 novembre ont visé une dizaine de cibles à travers la capitale économique indienne, dont deux hôtels internationaux où de nombreux clients, en particulier des étrangers, ont été pris en otages. Elles ont été menées par une dizaine d'hommes armés, certains arrivés à Bombay par bateau.

L'Inde affirme que ces hommes venaient tous du Pakistan et le directeur du renseignement américain Mike McConnell a accusé, sans le citer explicitement, le Lashkar-e-Taïba, un groupe islamiste interdit, basé au Pakistan et actif dans la région himalayenne du Cachemire, d'être à l'origine des attentats.

Première publication : 05/12/2008

COMMENTAIRE(S)