Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Nouveaux chefs d'accusation pour l'ex-tortionnaire "Douch"

©

Dernière modification : 05/12/2008

L'ancien responsable Khmer rouge "Douch" vient d'écoper de nouveaux chefs d'accusation. La voie est donc ouverte pour son procès en 2009.

AFP - Le tribunal, parrainé par l'ONU et chargé de se pencher sur le génocide des années 1970 au Cambodge, a retenu vendredi de nouvelles accusations contre l'ex-tortionnaire présumé "Douch", ouvrant la voie au premier procès international d'un ex-responsable Khmer rouge en 2009.
   
Kaing Guek Eav, 66 ans, alias "Douch", avait fait l'objet d'un acte formel d'accusation en août, notamment pour "extermination", alors que plus de 12.000 hommes, femmes et enfants avaient péri à la prison qu'il dirigeait à Tuol Sleng, plus connu sous le nom de camp "S-21".
   
En août, des magistrats avaient ordonné que "Douch" soit jugé pour "crimes contre l'humanité et infractions graves aux Conventions de Genève (crimes de guerre) pour le rôle qu'il a joué" à "S-21", à Phnom Penh, sous le régime ultra-communiste des Khmers rouges (1975-1979).
   
Mais des procureurs avaient fait appel, estimant que l'acte d'accusation n'allait pas assez loin et qu'il ne donnait pas "l'entière et vraie mesure" des crimes imputés à "Douch".
   
Une chambre de la cour a estimé vendredi que cet appel était recevable, ouvrant la voie à la tenue de son procès qui devrait s'ouvrir "au premier trimestre de 2009", selon Reach Sambath, porte-parole cambodgien du tribunal.
   
Vendredi, les magistrats ont jugé qu'il était possible d'ajouter à l'acte final d'accusation "les crimes de torture (au Cambodge) et le meurtre avec préméditation", a précisé le juge Prak Kimsan.
   
Pendant l'audience, "Douch", vêtu d'une chemisette gris clair, est resté assis, impassible et le regard fixe.
   
La décision de vendredi élargit le champ des poursuites à l'encontre de cet ancien professeur de mathématiques, devenu cadre zélé des Khmers rouges, qui tombe ainsi également sous le coup de la législation cambodgienne.
   
"Je pense que cela donne un peu plus de poids" au dossier contre "Douch", a déclaré Hong Kimsuon, un avocat représentant les victimes du régime d'inspiration maoïste.
   
Mais les juges n'ont pas retenu l'accusation "d'entreprise criminelle conjointe" qui permet à une cour d'élargir des poursuites à un groupe de personnes ayant agi de manière coordonnée.
   
"Douch" avait été arrêté en 1999 et transféré en 2007 au tribunal spécial à participation internationale de Phnom Penh.
   
Quatre anciens dirigeants politiques du régime des Khmers rouges -Nuon Chea, Ien Sary, Ieng Thirith et Khieu Samphan- sont également détenus dans l'attente de leur jugement et, contrairement à "Douch", ils ont entre 77 et 83 ans.
   
Près de deux millions de personnes ont trouvé la mort sous les Khmers rouges qui, au nom de leur idéologie révolutionnaire, ont fait régner la terreur il y a trois décennies au Cambodge, vidant les villes au profit des campagnes, exténuant la population par le travail forcé et organisant de vastes purges.
   
Les Khmers rouges avaient été chassés du pouvoir par une invasion vietnamienne en 1979.
   
Le tribunal spécial de Phnom Penh s'est mis péniblement en place en juillet 2006 au terme de près d'une décennie de négociations entre les Nations unies et le gouvernement cambodgien de Hun Sen.
   
Il lui a fallu près d'un an pour adopter son règlement intérieur, sur fond de frictions entre juges internationaux et cambodgiens, de difficultés financières et d'accusations de corruption.

Première publication : 05/12/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)