Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Le vin a-t-il un sexe ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : la francophonie à la traîne !

En savoir plus

FOCUS

Kobané : la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

MOOC, selfie ou enverdeur : le vocabulaire nouveau est arrivé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Un tournant dans la crise ukrainienne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Virus Ebola et budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

SUR LE NET

Ebola : une campagne contre la stigmatisation des Africains

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

Asie - pacifique

Deux suspects indiens arrêtés à Calcutta

Vidéo par Carlotta RANIERI

Dernière modification : 06/12/2008

La police a arrêté à Calcutta deux Indiens soupçonnés de s'être procuré des cartes pour téléphone mobile utilisées par les auteurs des attentats de Bombay, qui se sont déroulés du 26 au 29 novembre et qui ont fait au moins 171 morts.

Retrouvez le carnet de route de Leela Jacinto, envoyée spéciale de France24.com à Bombay, en cliquant ici.


AFP - 
La police a procédé vendredi soir aux premières arrestations dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Bombay en interpellant deux hommes soupçonnés d'avoir fourni au commando islamiste des cartes de téléphones portables, a annoncé samedi un officier.

Ces suspects ont été appréhendés à Calcutta, dans l'est de l'Inde, "pour avoir apparemment fourni des cartes SIM aux terroristes des attaques de Bombay", a indiqué à la presse le policier, Javed Shamim.

Outre l'arrestation à Bombay du 10e auteur des attentats, commis du 26 au 29 novembre dans la capitale économique indienne, il s'agit là des toutes premières interpellations officielles dans l'enquête sur ces attaques islamistes.

L'inspecteur Shamim a nommé les deux suspects "Tousif Rahaman et Sheikh Muktar".

"Tousif, qui vivait au centre de la ville (de Calcutta), a acheté environ 40 cartes SIM, dont deux ont été probablement données aux terroristes", a précisé l'officier de la police.

Son comparse serait originaire du Cachemire, une région dont la partie indienne est en proie à une insurrection séparatiste islamiste contre la souveraineté de l'Inde.

Les attaques de Bombay ont fait 163 morts - civils, policiers, et militaires, parmi lesquels 26 étrangers - et coûté la vie à neuf des assaillants.

L'Inde affirme qu'ils venaient tous du Pakistan et a remis à son frère ennemi une liste de 20 suspects dont elle exige l'arrestation et l'extradition. Sur la liste figurent plusieurs responsables du Lashkar-e-Taïba (LeT), un groupe islamiste interdit, basé au Pakistan et actif dans la région himalayenne du Cachemire.

New Delhi et Washington imputent les attentats au LeT, l'un des mouvements islamistes clandestins pakistanais qui assurent lutter contre l'"occupation" indienne du Cachemire ou les persécutions dont est, selon eux, victime la minorité musulmane en Inde.

Première publication : 06/12/2008

COMMENTAIRE(S)