Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Afrique

L'Éthiopie pourrait maintenir ses troupes "quelques jours de plus"

Dernière modification : 06/12/2008

Alors qu'elle avait annoncé le retrait complet de ses troupes de Somalie, l'Éthiopie a déclaré samedi qu'elle pourrait y rester "quelques jours supplémentaires" afin de ne pas mettre en danger la force de l'UA, également sur place.

AFP - "Les troupes éthiopiennes pourraient rester en Somalie "quelques jours supplémentaires", a affirmé samedi le ministère éthiopien des Affaires étrangères dans un communiqué après avoir annoncé fin novembre qu'elles quitteraient le pays à la fin de l'année.

"Ceci n'implique pas la fixation d'un délai précis pour se retirer mais permet une certaine souplesse, de l'ordre de quelques jours, si c'est nécessaire, mais ce sera à l'Amisom (la mission de l'Union africaine en Somalie) d'évaluer la situation", indique le communiqué.

"L'Ethiopie reconnaît qu'elle a une obligation morale à l'égard de l'Amisom et fera tout le nécessaire pour s'assurer que son retrait ne porte pas atteinte à l'Amisom", précise le communiqué.

L'annonce fin novembre du retrait éthiopien avait semé le trouble parmi les membres de l'Amisom qui doivent assurer la relève des troupes éthiopiennes, mais qui ont assuré avoir besoin de plus de temps pour se préparer.

Le corps expéditionnaire éthiopien en Somalie, estimé à plus de 3.000 hommes, sert de force de protection de l'Amisom déployée à Mogadiscio.

Selon un accord signé fin octobre à Djibouti entre le gouvernement somalien de transition et son opposition, dominée par les islamistes modérés, les troupes éthiopiennes déployées en Somalie devaient se retirer de certaines parties des villes de Beledweyne (centre) et de Mogadiscio avant le 21 novembre et de tout le pays d'ici début 2009.

Il a commencé à être appliqué dès le 17 novembre, mais a été catégoriquement rejeté par les shebab, les combattants islamistes extrémistes qui mènent des attaques meurtrières quasi-quotidiennes.

L'Amisom comprend des contingents burundais et ougandais pour un effectif total de 3.400 hommes, mal équipés et présents seulement dans la capitale Mogadiscio depuis mars 2007.

L'armée éthiopienne était intervenue en Somalie officiellement fin 2006. Le régime d'Addis Abeba avait alors argué que les islamistes, qui contrôlaient une partie de la Somalie, représentaient une menace pour l'Ethiopie.

Première publication : 06/12/2008

COMMENTAIRE(S)