Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

2.500 hommes supplémentaires et un mandat plus robuste pour la Minusma au Mali

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

Amériques Amériques

Inculpations en vue pour des employés de Blackwater

Dernière modification : 06/12/2008

Le département américain de la Justice s'apprête à inculper cinq personnes travaillant pour la société de sécurité privée Blackwater, les accusant d'avoir tué 17 civils irakiens lors d'une fusillade le 16 septembre 2007 à Bagdad.

REUTERS - Des inculpations dans la fusillade du 16 septembre 2007 à Bagdad impliquant la société de sécurité privée Blackwater devraient être annoncées très prochainement, peut-être dès lundi, a-t-on appris vendredi de sources judiciaires.
 

Le département de la Justice n'a pas souhaité faire de commentaire sur ces informations. Selon CNN, cinq employés ont été mis en examen et un sixième a engagé une procédure de négociation avec le parquet.
 

Ces charges seront prononcées après plus d'un an d'enquête du FBI sur ce drame qui avait tendu les relations entre Bagdad et Washington.
 

Le gouvernement irakien accuse les employés de Blackwater d'avoir délibérément tué 17 civils irakiens. Les gardes affirment avoir agi en légitime défense, ripostant à un attentat à la voiture piégée.
 

La chaîne ABC a rapporté que deux employés avaient, selon l'enquête du FBI, tiré la plupart des coups de feu.
 

L'octroi d'une immunité limitée par les enquêteurs du département d'Etat aux employés mis en cause, en échange de leurs déclarations sous serment juste après la fusillade, complique la procédure, note-t-on au ministère de la Justice.
 

En cas d'inculpation, le parquet devra démontrer qu'il ne s'est pas appuyé sur ces déclarations mais sur d'autres
éléments. 

Première publication : 06/12/2008

COMMENTAIRE(S)