Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tribune sur la "liberté d'importuner" : Catherine Deneuve précise sa pensée

En savoir plus

Sports

"Je rêve d’autres titres"

Texte par Allaoua MEZIANI

Dernière modification : 08/12/2008

Cristiano Ronaldo a reçu, ce dimanche à Paris, le 53e Ballon d'Or de France Football. La star portugaise de football a répondu aux questions des médias, dont France 24, sur la Ligue des champions, ses projets, ses rêves.

France 24 : Vous avez déclaré, quelques jours avant l’annonce du 53e lauréat du Ballon d’Or du magazine France Football, que vous étiez sinon le "meilleur footballeur du monde", du moins parmi les trois premiers. Pourquoi cette affirmation ?

  
Cristiano Ronaldo : Je n’ai jamais affirmé cela. J’ai dit que je me sentais bien parti pour décrocher le Ballon d’Or. Et que j’étais emporté par une sorte de mouvement favorable émanant du milieu du football.
 
Je reste conscient de ma valeur et de mes qualités, mais je n’ai pas la prétention d’être le "meilleur" ou parmi les trois meilleurs.
 
Je garde la tête sur les épaules. Ce Ballon d’Or ne changera pas ma façon d’être ni ma façon de jouer. Ni encore moins ma personnalité. J’ai beaucoup de respect pour tous les autres footballeurs. D’autres auraient pu gagner le trophée.
 

France 24 : Quel effet cela fait d’être couronné avec un Ballon d’Or à seulement vingt-trois ans ?

 
C. R. : Une grande fierté, et beaucoup de joie. Je me sens sur le toit du monde, au firmament de la planète foot. Je suis d’autant plus heureux que mon rêve de gamin se réalise plus vite que je ne l'avais pensé. J’ai travaillé très dur depuis toujours, et me suis épanoui vraiment à Manchester [où Cristiano Ronaldo joue depuis août 2003, ndlr]. Aujourd’hui, je récolte le fruit de mon labeur. Mais le chemin est encore longue. J’ai tellement de progrès à réaliser.
 

France 24 : Pensez-vous que votre parcours en Ligue des champions - ponctué par le trophée et les titres de meilleur buteur et meilleur joueur de la compétition - a été décisif dans le choix du jury du Ballon d’Or ?
 

C. R. : Incontestablement. J’ai réalisé un parcours formidable en Ligue des champions. Il l’est autant que celui de l’équipe, auteure d’un doublé mérité. Nous avons accompli une saison aboutie à tout point de vue.

 
France 24 : Quel est désormais votre objectif, à titre personnel ?

 
C. R. :
A court terme, je serais heureux de glaner le titre de "Joueur mondial FIFA" 2008 [décerné le 12 janvier prochain en Suisse, ndlr]. J’ai toujours envie de remporter autant de titres, autant de trophées que possible avec Manchester United et avec le Portugal.
 

France 24 : Quels sont, à l’heure actuelle, les joueurs français capables d’obtenir des trophées comme le Ballon d’Or ?

 
C. R. :
Il y en a pas mal. Je pense particulièrement à Franck Ribéry, Thierry Henry et Karim Benzema.

Première publication : 07/12/2008

COMMENTAIRE(S)