Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Afrique

Nkunda exige un tête-à-tête avec le gouvernement

Dernière modification : 09/12/2008

Une vingtaine de groupes armés participeront à Nairobi aux discussions sur le conflit au Nord-Kivu avec le gouvernement de la RD Congo. Laurent Nkunda, qui souhaite des négociations directes avec le président Kabila, ne devrait pas s'y rendre.

REUTERS - Le gouvernement de la République démocratique du Congo a invité une vingtaine de groupes armés à participer à des discussions avec la rébellion tutsie afin de faire cesser les affrontements dans la province du Nord-Kivu, a annoncé dimanche le ministre de l'Information.

 

Le chef des insurgés tutsis, le général Laurent Nkunda, n'a cessé de réclamer des négociations directes avec le président Joseph Kabila après avoir lancé, fin août, une nouvelle offensive qui a contraint 250.000 habitants de l'est de la RDC à fuir face aux violences.

 

Mis en déroute de manière répétée par les combattants de Nkunda, le gouvernement a apparemment accepté vendredi cette revendication en annonçant qu'il enverrait le lundi 8 décembre une délégation au Kenya pour rencontrer les rebelles.

 

Le ministre de l'Information, Lambert Mende, a déclaré dimanche que d'autres groupes armés signataires en janvier d'un accord de paix participeraient à la réunion de Nairobi.

 

"Il y a une vingtaine d'entre eux (...) Nous ne voulons laisser personne en dehors", a-t-il dit à Reuters.

 
Kabila et Nkunda ne devraient pas assister à la réunion de Nairobi.
 

Un porte-parole du Congrès pour la défense du peuple (CNDP) de Nkunda a déclaré que la délégation de rebelles n'avait pas encore été informée de la décision d'inviter d'autres groupes, notamment des milices pro-gouvernementales.

  

"Pas dans la bonne direction"

 

Nkunda a jugé partial l'accord de janvier, appelé "Amani" ("Paix" en swahili) et il l'a rejeté.

 

"Notre position est très claire. Nous négocierons avec le gouvernement et avec personne d'autre", a déclaré à Reuters à Nairobi Bertrand Bisimwa, du CNDP.

 

"Le gouvernement peut négocier avec qui il veut, mais toute tentative de nous imposer l'Amami est vouée à l'échec", a-t-il prévenu.

 

Nkunda a proclamé fin octobre un cessez-le-feu unilatéral alors que ses hommes étaient sur le point de s'emparer de Goma, le chef-lieu de la province.

 

Le cessez-le-feu a été dans l'ensemble respecté par les rebelles et par l'armée, mais des heurts se sont poursuivis entre les combattants de Nkunda, d'une part, et d'autre part les Mai Mai, une milice locale, et des rebelles hutus rwandais qui apportent ponctuellement leur soutien à l'armée gouvernementale, faible et indisciplinée.

 

Des responsables gouvernementaux et des représentants des rebelles ont souligné que le principal objectif des discussions de lundi était de consolider le cessez-le-feu et d'y associer d'autres groupes.

 

Observateurs et diplomates ont réservé un accueil prudent à la réunion qu'ils considèrent comme une première étape pour désamorcer les tensions.

 

"Ce qui compte, c'est que le gouvernement et le CNDP vont se parler. C'est ce qui apparemment va se passer. Et c'est un pas dans la bonne direction", dit un diplomate occidental.

 

Première publication : 08/12/2008

COMMENTAIRE(S)