Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

EUROPE

"Pas de désaccord" avec Merkel sur la crise, dit Sarkozy

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2008

Réunis à Londres pour un mini-sommet, Nicolas Sarkozy, Gordon Brown et José Manuel Barroso ont affirmé qu'il n'y avait pas de désaccord avec l'Allemagne, "ni sur la gravité de la crise", ni sur "la nécessité d'une relance".

Nicolas Sarkozy, président en exercice de l'Union européenne, Gordon Brown, le Premier ministre britannique, et José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, se sont retrouvés, à Londres, pour un mini-sommet consacré à la crise financière. La chancelière allemande Angela Merkel n'était pas présente.

 

"Il n'y a pas de désaccord" avec Angela Merkel "ni sur la gravité de la crise", ni sur "la nécessité d'une relance", a assuré le chef de l'État français.

 

Le président de la Commission européenne a renchérit : "Il y a 27 pays européens, il ne peut pas y avoir une seule mesure pour tout le monde !"

 

Gordon Brown a présenté fin novembre un plan de relance budgétaire de 20 milliards de livres (24 milliards d'euros), marqué par une baisse de la TVA.  

 

Nicolas Sarkozy a quant à lui annoncé, jeudi, un plan de relance qui prévoit d'injecter 26 milliards d'euros en 2009, financés par le déficit et donnant priorité à l'investissement.

 

De son côté, l'Allemagne, locomotive de l'économie européenne, a engagé un plan de relance de 32 milliards d'euros. La chancelière allemande a assuré devant le Bundestag que son plan de relance était déjà aligné sur la plan de relance européen.

 

Quant à la Commission européenne, elle a pour sa part proposé un plan de relance économique de 200 milliards d'euros.

 

"Je suis convaincu que les efforts de l'Allemagne vont aussi nous soutenir", a affirmé le président de la Commission européenne.

 

Un conseil européen doit se tenir les 11 et 12 décembre à Bruxelles, au cours duquel les chefs d'Etat et de gouvernement euroépens doivent  notamment approuver le plan de relance proposé par la Commission.

Première publication : 08/12/2008

COMMENTAIRE(S)